8 janvier 2019

Mahsati Ganjavi, la « dame de la lune »

Posté par Paul dans la catégorie : Histoire locale, nationale, internationale : pages de mémoire; Philosophes, trublions, agitateurs et agitatrices du bon vieux temps .

histoire méconnue d’une poétesse de langue persane ayant vécu au XIIème siècle

 Omar Khayyam, l’auteur des quatrains, est largement connu dans les milieux intellectuels ; sa consœur, Mahsati Ganjavi, l’est beaucoup moins, alors que les poèmes qu’elle a écrits sont appréciés pour la richesse de leur style. La mémoire est sélective, du moins dans notre société, et même si les mœurs évoluent, il faudra encore bien du temps pour que les femmes retrouvent la place qui est la leur, dans le domaine des sciences et des arts (entre autres). Dans la lignée des chroniques que j’ai déjà publiées sur les savants du monde arabe, j’avais envie de vous parler d’Omar Khayyam (je viens de terminer le livre que lui a consacré l’écrivain Amin Maalouf) mais j’ai décidé de vous parler en premier de Mahsati Ganjavi, la « dame de la lune » (ainsi peut-on traduire « Mahsati ») et de ses « rubaïyat » (*) consacrés à l’amour. Un point commun relie les deux personnalités : leur franc parler et leur liberté de ton qui n’a pas eu l’honneur de plaire à leurs contemporains les plus orthodoxes !

 Mahsati Ganjavi est née le 12 mai 1089 à Gandja (aujourd’hui en Azerbaïdjan). Dans cette ville, elle apparait à la cour du Prince Moghith al-Din où elle s’occupe de la culture et de l’organisation des festivités. Elle quitte ensuite ce lieu et parcourt la région : elle aurait ensuite séjourné à Balkh, Marv, Nishapur, Herat et Marva. Elle a vécu de longues années, avec le titre de poétesse officielle, à la cour de Mahmud Saljugi et de son oncle, le Sultan Sanjar Saljugi. Outre ses talents d’écriture poétique, Mahsati était également une musicienne renommée ; elle jouait de la harpe, du luth et du târ. Le Sultan Sanjar en aurait bien fait sa maîtresse, mais la jeune femme refusa toutes ses avances et lui remit ce quatrain :

Tu ne peux pas me forcer parce que tu es le roi
Tu ne peux pas me garder par la force de la loi
Tu ne peux pas enchaîner une femme chez toi
Une femme dont les tresses sont une chaîne de soi

 On lui a pourtant reproché, par la suite, les nombreuses liaisons qu’elle aurait eues avec un certain nombre de personnages importants et elle a conservé l’image, dans une fraction de l’opinion, de « femme aux mœurs légères ». L’histoire de sa vie est cependant mal connue et ce genre de rumeur est difficile à vérifier ! Lacune plus importante :  on ignore si elle a connu et rencontré son contemporain Omar Khayyam qui écrivait lui aussi en Persan. Tous deux étaient poètes et libres penseurs ; l’un des deux a-t-il influencé l’autre ? Ce qui est certain c’est que beaucoup de préoccupations leur sont communes et que l’un comme l’autre ne se sont pas privés d’égratigner dans leurs écrits le conservatisme social, l’hypocrisie et les préjugés de la religion de leurs pairs et, plus généralement, de la société dans laquelle ils vivaient. Tous deux ont par ailleurs choisi la forme du quatrain, le robaïyat comme format pour leur poésie philosophique. Ceux écrits par la « dame de la lune » nous sont connus par plusieurs publications postérieures que des lettrés ont consacrées à l’écriture poétique en Persan. Une soixantaine de ses quatrains ont notamment été répertoriés dans le « Nozhat al-Majales », une anthologie de 4100 poèmes persans rédigée par le poète Jamal al-Din Khalil Shirvani.  La plupart des textes de Mahsati Ganjavi évoquent la joie de vivre et l’importance de l’amour… A ses yeux, l’amour est un sentiment naturel fragile qui ne peut qu’accroître la grandeur de l’homme et renforcer sa renommée.

 Différents hommages lui ont été rendus par nos contemporains : plusieurs rues ou écoles portent son nom dans des bourgades d’Azerbaïdjan. Dans sa ville natale, un musée lui est consacré et un monument commémoratif a été inauguré en 1980.  En novembre 2013, à l’occasion de son 900ème jubilé, une exposition a été consacrée à la poétesse, au Palais du Tau, à Reims. Il n’existe cependant pas de version française de ses quatrains qui ont été traduits, pour l’instant, en Anglais et en Italien (La luna e le perle). Nombreux sont les recueils édités consacrés aux quatrains d’Omar Khayyam ; espérons que par souci d’équité, un éditeur voudra bien se pencher sur les travaux de cette autre artiste remarquable !

NDLR – Il s’agit là d’une chronique écrite il y a quelques mois, que j’avais laissée de côté trouvant le propos bien mince. J’espérais trouver une documentation complémentaire mais cela n’a pas été le cas. Si certains peuvent compléter, je publierai bien volontiers le complément d’information.
(*) Le terme de rubaïyat fait référence à la poésie d’Omar Khayyam. Il peut se traduire par « quatrain ». Les deux premiers vers riment avec le dernier, le troisième étant un vers libre. On trouve ce genre de quatrain dans l’œuvre de Fernando Pessoa par exemple.

 

Leave a Reply

 

Parcourir

Calendrier

janvier 2019
L M M J V S D
« Déc    
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031  

Catégories :

Liens

Droits de reproduction :

La reproduction de certaines chroniques ainsi que d'une partie des photos publiées sur ce blog est en principe permise sous réserve d'en demander l'autorisation préalable à (ou aux) auteur(s). Vous respecterez ainsi non seulement le code de la propriété intellectuelle (loi n° 57-298 du 11 mars 1957) mais également le travail de documentation et de rédaction effectué pour mettre au point chaque article.

Vous pouvez contacter la rédaction en écrivant à