27 juin 2014

En juin, c’est promis, le bric à blog ne déraille pas

Posté par Paul dans la catégorie : Bric à blog .

revolte cheminote Toute ma sympathie aux cheminots de la SNCF pour la grève courageuse de près de deux semaines qu’ils ont menée contre vents (médiatiques) et marées (politiciennes). De réforme en réforme, le service public SNCF se délite peu à peu pour devenir une vulgaire entreprise commerciale comme les autres. Seules les grandes lignes intéressent encore l’aréopage de technocrates qui dirige la grande maison. L’usager des voies secondaires est devenu depuis quelques années un vulgaire « client » que l’on traite avec un mépris inversement proportionnel à l’importance de son portefeuille. Je vous donne régulièrement des liens vers le site « Massif Central Ferroviaire » qui ne cesse de dénoncer les malversations commises par la direction de cet ex-magnifique service public à l’égard de ceux qui persévèrent à vouloir prendre le train le plus souvent possible, pour leur travail ou pour leurs loisirs. Tout est fait pour décourager un utilisateur lambda qui aurait l’idée saugrenue de vouloir parcourir un trajet autre que Lyon-Bruxelles ou Paris-Bordeaux. Amusez-vous par exemple à joindre deux villes d’importance non négligeable comme Grenoble et Cahors, sans passer par Paris ou Montpellier, et racontez-moi votre périple. Je vous concède que c’est un peu moins long qu’il y a trois siècles en diligence, mais on est très loin également de la vitesse du son ! Enquêtez auprès de vos proches voisins de compartiment : si vous en trouvez deux qui ont payé leur place le même prix, bravo vous aurez gagné un sandwich SNCF. Encore quelques efforts, et dans les rares TER qui rouleront encore dans de bonnes conditions, les contrôleurs vendront des cartes à gratter pour compléter leurs revenus, méthode Ryan Air.
J’entends sans cesse parler de « dette » de la SNCF… Un organisme public, mis en place pour rendre service à la collectivité, n’a pas de dette : il a un coût. Il faut bien entendu que ce coût soit proportionnel au service rendu, mais on ne crée pas un service public pour faire des profits. Le bénéfice que l’on escompte tirer des lignes rentables, doit permettre de maintenir des liaisons ferroviaires même dans les zones où la rentabilité est difficile à obtenir. Il faut se méfier de ces « écarts » de langage qui ne sont pas sans signification. Tout le monde le sait, la privatisation des services publics suit son chemin, soit disant inexorable (!). Ce genre de discours participe du processus général d’intoxication des esprits. Ne soyons pas dupes ! A lire, à propos des médias et de leurs jugements à l’emporte-pièce à l’encontre des « privilégiés » du rail, la très bonne analyse d’ACRIMED (comme d’habitude).

braves gens dormez

L’ampleur de ce mouvement ainsi que son échec amènent à se poser un certain nombre de questions sur les moyens de lutte utilisés par les cheminots. Sur ce coup là, ils ont eu du mal à conserver le soutien de l’opinion publique. Les médias ont bien fait leur travail de conditionnement : aucune explication ou presque sur les motifs de la grève, multiplication des micro-trottoirs de « clients » mécontents, intox constante sur le pourcentage de grévistes… Les directions syndicales se sont contentées d’un suivisme peu enthousiaste des décisions d’A.G. ou ont purement et simplement lâché le mouvement dès le départ. Peut-être faudrait-il, rapidement, envisager de nouvelles stratégies de lutte, comme le suggère Patrick Mignard sur « Fédérer et Libérer » :  la gratuité de trajet offerte aux usagers par exemple, comme cela se fait sur les autoroutes (mais en général pas à l’initiative des péagiers). Dans les transports ferroviaires ce n’est pas aussi simple : il faudrait étudier un système pour que les contrôleurs, sur qui repose ce genre de comportement revendicatif, bénéficient d’un minimum de soutien et ne soient pas les seuls à payer les pots cassés… Mais l’utilisation de nouvelles stratégies s’avère souvent payante.

Manifestation-des-intermittents A part ça, dans les limites hexagonales de la France éternelle, les pitres se déchainent. Les chiens vont lâcher les cheminots pour s’attaquer aux intermittents. Si l’on en croit la télévision, c’est fou ce que le mendiant en bas de la rue peut-être un privilégié, un bouffeur de subventions, un assisté chronique… En fait, les seuls qui ne soient pas vraiment des assistés, ce sont les actionnaires et les patrons… Les cadeaux incessants que leur font les divers gouvernements ne sont que la juste reconnaissance de l’importance de leur mission… Très bon texte sur Altermonde à ce sujet : ça s’intitule « Moi aussi je suis subventionné« .
Concours entre l’UMP et le PS pour savoir qui implosera le plus vite. Concours entre l’UMP et le PS pour savoir qui proposera les mesures sociales les plus réactionnaires et fera le plus de cadeaux au patronat. La vie sociale de tous ces guignols, Coppé, Juppé, Montebourg, Fillon, Hortefeux, Vals… et tutti quanti…, je m’en balance. Je n’ai pas de temps à perdre et je préfère m’intéresser à l’étude des insectes de l’entomologiste Jacques-Henri Fabre. Le volume qu’il consacre au mode de vie des bousiers est absolument passionnant. Ces insectes-là roulent du caca toute la journée et ne cherchent pas à s’en dissimuler, eux au moins. Le seul parti qui ne déçoive pas ses électeurs, du moins pas pour l’instant, c’est le Front National : ses candidats font le travail de merde pour lequel ils ont été choisis par une large part de nos concitoyens : emmerder les pauvres, les Arabes, les Roms, et surenchérir d’idées obscènes pour aller encore plus loin dans leur abjection. Vous m’excuserez mais, dans ce cas aussi, j’ai plus d’admiration pour les bousiers.

assassinat par drone interpose Beaucoup d’autres infos mériteraient que l’on s’arrête un peu, notamment dans l’actualité internationale. Le bordel en Irak, en Syrie, au Liban, en Afghanistan, en Lybie, démontre l’efficacité des diverses interventions militaires de la communauté internationale pour « rétablir la démocratie ». La marmite au Moyen-Orient est au bord de l’explosion ; l’occasion est trop belle pour les boutefeux à la Netanyahu de balancer un peu plus d’huile sur le feu. Quand aux Etats-Uniens, ils sont navrés, ne comprennent pas l’ingratitude des peuples qu’ils ont « libérés », et rendent responsables du bordel actuel les dirigeants locaux corrompus qu’ils ont contribués à installer au pouvoir. Plus d’intervention militaire américaine au programme, à part des Forces spéciales, quelques agents de la CIA, et des nuées de drones pour que les engagés de l’armée de l’air américaine continuent à progresser en matière de jeux vidéo. Après avoir exporté « Disney-Land » et le « beurre de cacahuètes » sur la planète presque entière, il n’y a plus qu’à compter les points selon Obama, avec une nuance de tristesse dans la voix ! Bombardons, égorgeons, lapidons, exécutons sommairement, Dieu fera le tri (en fonction de la religion) et reconnaitra les siens. J’espère qu’à l’entrée du Paradis il y a un minimum de tri sélectif entre les fanatiques de chaque bord, sinon le big bazar va continuer au delà de son aire de jeu habituelle.

bois illegal L’écologie aussi c’est politique et la politique ça se passe ailleurs qu’au sein du gouvernement social mou. Sur le terrain par exemple, comme vient de le rappeler récemment l’ONG Greenpeace. Pour une fois ce n’est pas aux marchands de radiations ou aux pourvoyeurs de marée noire que les militants de cette organisation se sont attaqués, mais aux trafiquants de bois. Vaste programme, et le travail ne fait que commencer ! Chez les vendeurs de mobilier, le client est en général plus sensible aux nuances de vernis, à l’aspect plus ou moins « rustique » d’une finition, rarement à l’origine du bois utilisé pour fabriquer le meuble qui l’intéresse. Au cas où il interroge le vendeur, celui ci s’empresse de répondre qu’il s’agit – comme il se doit – de bois labellisé provenant de forêts exploitées « durablement » et patati et patata. Outre que les différents labels censés protéger les forêts présentent des garanties discutables et surtout peu contrôlées, une large part du bois utilisé dans le secteur de la menuiserie et de l’ébénisterie industrielle a des origines beaucoup moins nobles : encore un secteur commercial ou la fraude permet des trafics invraisemblables. L’ONG Greenpeace a mené une campagne spectaculaire, mais dont l’impact est resté limité dans les médias, pour dénoncer les multiples abus dans ce secteur. Ainsi que l’a démontré l’ONG, le commerce de bois volé, c’est à dire exploité dans des forêts qui ne devraient pas l’être, dans des conditions particulièrement catastrophiques, se porte très bien… Voici l’adresse du dossier consacré à cette affaire ; il est très instructif et je vous invite à prendre le temps de le consulter plus en détail. Les amoureux des grandes et belles forêts et des arbres majestueux risquent de souffrir ! Quant au renforcement des contrôles douaniers, on l’attend toujours… Dans le bon vieux temps, par chez nous, une facture unique permettait à plusieurs camions de franchir la frontière italienne à répétition pendant quelques semaines. De nos jours, on ne raisonne plus par camions mais par cargos entiers ; la fraude a simplement changé d’échelle !

Une petite brève pour mettre du baume au cœur des plus militaristes et des moins écologistes de mes lecteurs : selon le site d’informations « Basta », parmi les rééquilibrages budgétaires annoncés, il y a le transfert de 250 millions d’euro du budget du ministère de l’écologie vers celui de la défense. J’espère sincèrement que cette somme permettra de mettre au point des obus à l’uranium appauvri un peu plus durables, des mines anti-personnels équitables, et des bombardiers propulsés à l’énergie solaire. De toute façon, investir dans l’écologie c’est jeter du bon argent par la fenêtre ; investir dans le militaire, c’est prévoir les interventions humanitaires de demain…

Je ne voulais pas terminer la partie « politique » de ce bric à blog sans vous signaler que le site d’infos alternatives Rebellyon a fait peau neuve. La nouvelle présentation est sympa et surtout plus facile à appréhender que l’ancienne. Une visite régulière permet de moissonner les infos rhônalpines les plus intéressantes.

 Après le quart d’heure « colère » la minute « détente et création ».

seenthis-01 Je me rends de plus en plus souvent sur « seenthis » un site de short-blogging (on ne pourrait pas trouver un joli mot français pour qualifier ce type d’écriture ?) dont le contenu, varié, permet de faire des découvertes sympathiques un peu dans tous les répertoires. Les collaborateurs proviennent d’horizons très divers, et les collaboratrices aussi. Un lien sur « seenthis » m’a permis de découvrir « Opengeofiction« , un logiciel pour participer à la création d’un monde imaginaire (cartographie). Vous me direz qu’on a déjà bien à faire avec notre petite planète bleue pour aller s’enquiquiner à en créer d’autres. Dans ma grande période « jeu de rôle », je me suis déjà livré à ce genre d’opération en ébauchant la création d’un vaste monde, ambiance Tolkien, que j’avais baptisé « Tregor », en hommage à la région du même nom en Bretagne que je tiens en très haute estime. Je m’aperçois que le virus du « Deus ex machina » ne m’a pas quitté, et que je participerais bien à ce genre de processus collectif si mes journées voulaient bien se rallonger de quelques heures. Mais pour l’instant je vis sous le régime de la dictature potagère et je ne peux donc point m’adonner au terraformage de territoires. Certains·taines d’entre-vous pourront peut-être, par ce biais, libérer leurs pulsions créatrices… Ce n’est pas plus idiot que de faire des réussites…

gueule de wab Le site Utop’Lib m’a permis de découvrir un groupe de musiciens sympas : gueules de wab. Ce n’est pas l’orchestre philharmonique de Berlin, mais leurs musiques et les textes de leurs chansons sont sympas. Mon côté fainéant reprenant le dessus, je ne me complique pas la vie et je vous propose une partie de leur texte de présentation : «Les Gueules de WaB sont à la fois artistes « artisans », poètes, chanteurs, oenologues pour nuits d’ivresse, partisans, défenseurs des causes perdues, et de fins analystes des sentiments humains. Ils donnent toute leur importance aux détails, croient aux rencontres et font confiance à la vie. Leur musique est faite de ça.» Bien que je ne sois pas un poivrot convaincu, le concept « d’œnologues pour nuit d’ivresse » me plait beaucoup. Ecoutez les extraits, visitez le site des musiciens. Il y a tant de belles choses à écouter sur la scène alternative !

L’été s’installe petit à petit. Je sens que mon rythme de publication va ralentir, déjà qu’il n’est pas bien nerveux… à moins que je ne décrète carrément une pause pour quelques semaines. J’hésite, car j’ai un bon paquet de chroniques « en bonne voie de »…. Alors je vais peut-être persévérer un peu. Je ferais bien aussi un peu de « toilettage » sur des chroniques anciennes pour les remettre au goût du jour. J’en ai parfois un peu marre de « l’éphéméritude » de la toile !

Leave a Reply

 

Parcourir

Calendrier

mai 2022
L M M J V S D
« Mar    
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031  

Catégories :

Liens

Droits de reproduction :

La reproduction de certaines chroniques ainsi que d'une partie des photos publiées sur ce blog est en principe permise sous réserve d'en demander l'autorisation préalable à (ou aux) auteur(s). Vous respecterez ainsi non seulement le code de la propriété intellectuelle (loi n° 57-298 du 11 mars 1957) mais également le travail de documentation et de rédaction effectué pour mettre au point chaque article.

Vous pouvez contacter la rédaction en écrivant à