31 janvier 2016

bric à blog janvier : Nivôse ou Pluviôse ?

Posté par Paul dans la catégorie : au jour le jour... .

bisounours Maintenant que le mois est presque terminé, Oncle Paul, excellent prévisionniste météo, peut enfin donner la réponse à cette angoissante question : c’est plutôt Pluviôse. Les concepteurs du calendrier républicain n’avaient pas entendu parler du dérèglement climatique ; la neige n’a été d’actualité que pendant deux ou trois journées dans notre lointaine campagne ; le temps de faire une ou deux prises de vue pour cartes postales. La végétation ne sait plus trop quoi penser de tout celà : fleurit ? fleurit pas ? gèle ? gèle pas ? Les campagnols se frottent les oreilles dans les terriers au grand dam des jardiniers. Heureusement, l’année 2015 a vu naître pas mal de buses dans le secteur. Nous en avons dénombré une quinzaine dans le pré voisin. Avec un peu de chance elles devraient trouver abondante nourriture, à moins qu’elles aussi se soient converties au véganisme très en vogue. L’actualité nationale et internationale ne nous laisse guère de répit pour observer la situation météorologique. Nous ne sommes plus au mois de décembre et, au pays des roudoudous, les problèmes climatiques ne sont plus à l’ordre du jour. Vous m’excuserez donc pour cette introduction « météo » style France 3. J’en reviens à des questions plus sérieuses…

silence pandas L’agitation politique par exemple… C’est un peu le bazar dans le camp désuni des écologistes. De la cuisine électorale des uns au confusionnisme de certains autres, en passant par une vision du monde qui a parfois du mal à dépasser le niveau des pâquerettes, tout le monde pourra bientôt trouver chaussure à son pied et « faire du développement durable » comme Monsieur Jourdain faisait de la prose. L’extrême droite guette dans l’ombre et ne manque pas une occasion pour attirer dans ses filets les agneaux trop naïfs… Rassembler, fédérer, certes, mais faute de base politique commune on peut arriver à mettre n’importe quoi dans le même sac. Sur le site du journal alternatif « la brique » on peut lire une très intéressante critique du mouvement Alternatiba. Vouloir faire une vaste opération portes ouvertes au niveau de la gauche alternative c’est bien, mais il faut quand même surveiller qui passe le portail… Puisqu’on s’attaque aux icônes, intéressons-nous aussi au célébrissime WWF. « Changer le système avec le WWF, partenaire de Monsanto, Coca-cola ? » C’est l’une des questions que pose un article récent du site « Le p@rtage » dressant le bilan des négociations pendant la COP21. Le titre de l’article : « Le mouvement pour le climat est mort » donne la tendance. C’est intéressant à lire pour contrebalancer l’optimisme béat de certaines analyses qui ont jugé ce sommet « productif », « prometteur » ou « sur la bonne voie ». Le signataire de cet article, Ducky Slowcode, est médiateur pour le « Indigenous Environmental Network » [les Réseaux autochtones sur l’environnement] et pour le mouvement « It Takes Roots » (une coalition de plusieurs POC en première ligne et de groupes indigènes pour la justice sociale et environnementale). Pour ceux à qui cela fait de la peine que l’on critique le « WWF », un lien est donné vers un autre article du site « Le p@rtage » intitulé « Le silence des pandas (ce que le WWF ne dit pas)« , un complément intéressant aux déclarations de l’auteur. Petit rappel pour les nouvelles lectrices et les nouveaux lecteurs à l’orée de cette année balbutiante : la « Feuille Charbinoise » n’est pas un organe de propagande. Je n’adhère pas forcément avec la totalité des idées exprimées dans les articles que je vous donne en lien ; mais j’estime cependant que ces textes ont le mérite d’ouvrir des portes, d’appeler à la discussion et de mettre en valeur des idées qui sont trop souvent rejetées du débat public en raison d’aprioris sectaires. Dont acte.

coca-cola-no-entry Au retour de notre voyage au Kérala, l’an dernier à la même époque, j’avais évoqué un certain nombre de problèmes que rencontre cet état du Sud de l’Inde, dont la démarche politique, depuis quelques décennies, est plutôt originale. La société civile est sans cesse confrontée au comportement impérialiste des multinationales et aux problèmes de pollutions industrielles. Les réseaux d’adduction et de retraitement d’eau sont malheureusement peu développés encore et le marché de l’eau potable en bouteille est florissant. Les emballages perdus ne sont que très peu recyclés et la campagne indienne est littéralement submergée de sacs, de boîtes et de bouteilles vides. Cette ressource essentielle qu’est l’eau est de plus en plus contrôlée par des sociétés comme Coca Cola qui se livrent à une exploitation effrénée des nappes phréatiques. L’activité du géant américain entraine un assèchement des réserves souterraines et d’innombrables pollutions de surface. Je vous invite à lire « Coca-cola laisse un goût amer au Kérala » sur le site Altermondes. L’article dresse un bilan des luttes menées par les collectivités rurales contre le colosse industriel. Certains de ces combats ont été victorieux mais au prix de longues années de luttes et de procédures judiciaires. La chance du Kérala c’est que la société civile est pleinement impliquée dans les processus politiques. Les collectivités locales ont une part décisionnelle relativement importante dans la gouvernance du pays, et les habitants sont impliqués directement dans le fonctionnement des institutions (avec les limites indiquées dans mon article).

L.E.F Les techniques employées par les multinationales pour imposer leurs choix sont variées et vont de la corruption à l’intimidation, en passant par toute une échelle de moyens intermédiaires. Mais ces procédés ne sont pas employées seulement par les géants de l’industrie. Les gouvernements n’hésitent pas à les utiliser pour manipuler les foules. On part d’un événement générant une menace bien réelle qui impressionne les foules, puis on brode sur le thème jusqu’à provoquer une paranoïa générale. Il suffit de prendre un peu de recul et d’analyser ce qui se passe dans l’Hexagone depuis un an. Il serait intéressant de dénombrer le nombre de fois où les mots « terrorisme », « attentats », « Islam radical » et quelques autres ont été utilisés dans les communiqués d’agence rien qu’au cours du mois de janvier. Le terrain est prêt pour semer un bouquet de lois liberticides qui visent au moins autant un éventuel mouvement d’opposition à l’austérité que les agités de la kalachnikov. J’ai trouvé intéressante l’analyse de Patrick Mignard à ce sujet. Il publie un bon texte à ce sujet que l’on peut lire sur Altermonde sans frontières sous le titre « Manipulation de la peur, peur de la manipulation« . Ce qui fait froid dans le dos c’est que cette tentative d’intimidation fonctionne si l’on en juge sur les résultats des sondages d’opinion sur l’état d’urgence et les pouvoirs de la police. Merci à la Gauche roudoudou de donner aux forces de répression le pouvoir de faire ce que bon leur semble. Quand on sait que les trois quart des policiers et des militaires votent pour le Front National, on peut se faire une idée des résultats à venir (et déjà venus). Faux, me diront les derniers supporters de ce gouvernement d’opérette, la France reste une terre d’accueil : sur les 30 000 réfugiés que le gouvernement s’engage à héberger, une bonne soixantaine sont déjà installés. C’est dire si l’on prend ce problème à bras le corps !

que-la-fete-commence-couv La nouvelle a fait pas mal de bruits dans les médias, même les médiazofficiels : dans notre pays où il n’y a jamais de problèmes, où l’on n’a pas de pétrole mais des idées, où nous sommes éternellement à l’abri des radiations, voilà ti pas que l’espérance vie des hommes et des femmes a diminué. Comme cette information perturbe de façon disgracieuse l’audition des chantres du progrès universel et permanent, une réponse a vite été trouvée : c’est la faute à la canicule, à la grippe, à une légère baisse du taux de natalité… Sur Reporterre, André Cicolella, président du réseau « environnement santé » vous propose une analyse un peu plus sérieuse de ce problème. Ses propos sont beaucoup moins lénifiants que les commentaires qui ont été émis par l’INSEE à propos de cette statistique. Pour ce spécialiste, nous sommes à la veille d’une véritable catastrophe sanitaire, en raison de l’explosion du nombre de maladies chroniques. L’accélération du nombre de cas de maladies cardiovasculaires, de diabète, de cancers, d’affections psychiatriques est particulièrement alarmante. En cause, notre mode de vie, les conditions de travail, la malbouffe… Rien de bon pour le moral, certes, mais cette situation devrait nous inciter à réfléchir, puis à agir… Comme le dit si bien Yannis Youlountas, « je lutte donc je suis ! ». YY est cosignataire d’un livre publié par les éditions libertaires intitulé « que la fête commence »… Ce n’est pas le moment d’abandonner la lutte, selon les auteurs (parmi les autres signataires, Serge Quadruppani, John Holloway, Noël Godin…). « Il est temps d’arrêter de baisser la tête. Il est temps de sortir de nos vies bien rangées. Il est temps d’occuper les villes et les campagnes. Il est temps de bloquer, couper, débrancher tout ce qui nous aliène, nous opprime et nous menace. Il est temps de nous réunir partout en assemblées et de n’obéir plus qu’à nous-mêmes. »
Je vous rassure quand même : à court terme, la situation sanitaire de la population française reste quand même meilleure que celle des réfugiés qui tentent le voyage vers l’Europe. Outre les risques de naufrages, les violences, les viols, d’autres périls encore méconnus menacent ces populations fragiles. Les mafias diverses ont pris en main le problème là où les gouvernements ne sont pas à la hauteur de la tâche. Selon le journal britannique « the Guardian », on estime qu’environ dix mille enfants mineurs non accompagnés « ont disparu » du flot des réfugiés. On craint que beaucoup ne soient tombés entre les mains d’organisations criminelles spécialisées entre autres dans la prostitution (source en anglais). Selon les responsables d’Europol, un million de réfugiés sont entrés en Europe en 2015 et 27% seraient des mineurs : un gibier de choix pour les fournisseurs des réseaux pédophiles et pour les recruteurs des gangs de tout acabit.

tom et le jardin de minuit Bon, là je sens une certaine crispation parmi les lectrices et les lecteurs. Je pense que je commence à vous gaver avec les mauvaises nouvelles. Il est temps que je vous propose quelques pistes d’investigation un peu plus souriantes. Comme je suis un chroniqueur responsable et que je ne voudrais pas que le moral des ménages ne plonge dans les sondages, je vais faire un effort. Je vais par exemple vous causer « lecture », parce que côté « musique » c’est un peu tristounet. Plusieurs blogs que j’aimais bien ne publient plus rien pour tout un tas de bonnes raisons : « Crapauds et Rossignols », « Folk et politique », entre autres sont aux abonnés absents. Côté parchemins à déchiffrer, ça va mieux par contre. Je suis toujours assidu du blog de Jean Marc Laherrère, « Actu du Noir ». Grâce aux listes de liens de ce site, j’ai découvert un autre blog sympa : « Littéraventures« . Sa rédactrice, Mary, s’intéresse elle aussi aux polars, à la SF,  aux romans pour ados. Ses choix ne regroupent pas forcément les miens mais ils ont le mérite de l’originalité et j’apprécie beaucoup ses présentations. Je lui dois la découverte d’un nouvel auteur. Il s’agit d’un auteur estonien de polars médiévaux : Indrek Hargla, dont je n’avais jamais entendu parler. Grâce à elle, ma pile de « livres à lire » (voir billet précédent) a gagné quelque peu en hauteur. Dans une chronique récente, elle parle aussi d’une BD tirée d’un roman pour jeunes ados « Tom et le jardin de minuit ». Cela m’a rappelé de bons souvenirs car c’est un livre que j’ai partagé en classe avec mes élèves, à l’époque où je naviguais encore dans le bateau « école publique ». Par chance, ce jardin poétique est toujours ouvert aux explorateurs. J’emprunte à ce livre ma « sentence » de conclusion : « Je compris alors, Tom, que le jardin changeait tout le temps, parce que rien ne reste figé, si ce n’est dans notre mémoire…». Merci de votre visite !

PS – Je ne résiste pas au plaisir de vous montrer cette « copie d’écran » avant de la mettre dans l’album photo du blog. Pour certains clients, le retour du livre à l’envoyeur a été rapide ; mais pourquoi diable l’avaient-ils commandé ?

recyclage

Addenda : Le dessin n°4 est l’œuvre de Michel Kichka. Il a été réalisé en 2010, mais son thème est plutôt intemporel !

 

 

 

Leave a Reply

 

Parcourir

Calendrier

octobre 2017
L M M J V S D
« Avr    
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031  

Catégories :

Liens

Droits de reproduction :

La reproduction de certaines chroniques ainsi que d'une partie des photos publiées sur ce blog est en principe permise sous réserve d'en demander l'autorisation préalable à (ou aux) auteur(s). Vous respecterez ainsi non seulement le code de la propriété intellectuelle (loi n° 57-298 du 11 mars 1957) mais également le travail de documentation et de rédaction effectué pour mettre au point chaque article.

Vous pouvez contacter la rédaction en écrivant à