3 mars 2017

Macron, flonflons, couillons…

Posté par Paul dans la catégorie : chroniquettes vaseuses .

Combien de temps les médias zofficiels vont-ils encore nous gonfler les voiles avec leur Macron-Révolution-Tout est bon ? Quand va-t-on nous dresser un portrait réel de ce personnage qui est aussi anti-système que moi je suis hostile à la bonne bouffe ? Je voulais fermer ma gueule à propos de cette campagne électorale qui zigzague entre les fosses à purin, mais là je ne peux plus. Pendant combien de temps encore va-t-on nous faire prendre les vessies de porc pour des lanternes multicolores ? Le programme de Macron, il est d’une simplicité biblique : moins de fonctionnaires, réduction des budgets d’état, transfert des pouvoirs à Bruxelles, moins de pensions (et plus tard), rasibus les indemnités chômage, des cadeaux pour les patrons toujours plus dans le besoin… Et patati et patata… Dites-moi ce que vous voyez de révolutionnaire dans tout ça ? Non seulement ce mec il a une tête de jeune cadre bancaire dynamique, mais en plus il a un regard de faux-jeton : genre « je te tiens par la barbichette… » et je t’envoie un coup de genou dans l’entre-jambes. Des « anti-système » de ce genre on a de quoi en remplir un TGV dans les instances politiques, chez nous et chez les voisins… De Renzi en Italie, à Blair chez les Grands Bretons, en passant par Tsipras, Schultz et consorts. On appelle ça parfois la « social médiocratie ». Dans ce terme générique, il y a, à mon avis un vocable de trop.

Je sais. Cette photo peut choquer. Pardonnez-moi, mais le responsable des illustrations est en congé...

Je sais. Cette photo peut choquer. Pardonnez-moi, mais le responsable des illustrations est en congé…

Vous trouvez que je suis « mauvais joueur », que je fantasme, que je suis incapable de distinguer la lueur montante du soleil à l’horizon du grand océan de la Vème république ? Allez donner un petit coup d’œil aux articles consacrés au « phénomène Macron » sur le site « les crises » : si vous voulez des chiffres, vous en aurez… Si vous êtes du genre « qui se lasse », contentez-vous de lire le paragraphe intitulé « résumé pour ceux qui ne veulent pas tout lire ». Rappelons par exemple que cet homme providentiel a été salarié à la banque Rothschild entre 2012 et 2014, à un poste un peu plus élevé que celui de concierge. Il a empoché 1,4 millions d’euro net pour cette activité citoyenne. En 2014, il est obligé de déclarer son patrimoine comme ses potes ministres. Le pauvre garçon ne possède quasiment plus rien ; il a tout dépensé ce qu’il a gagné avant d’occuper le devant de la scène politique. L’auteur de l’article s’est livré à un petit calcul simple : tout dépensé, cela veut dire qu’il a claqué en bagnoles, sucreries et costumes sur mesure pratiquement l’équivalent d’un Smig par jour ! Et vous voudriez que ce soit ce gars-là qui moralise les chômeurs, les retraités, les réfugiés, les prolos et autres catégories de la population qu’il connait si bien ? Lui qui claque, en une journée, sans aucun problème, le fric avec lequel vous devez boucler votre mois ? Rien que ça, ça devrait l’autoriser à fermer sa gueule et à foutre aux chiottes son discours lénifiant sur les questions sociales.

Se tourner vers l’avenir, ce serait choisir entre une nostalgique de Pétain et de l’ordre nouveau, un cureton déguisé qui rêve d’un retour à l’ancien régime, un fricard dont le rêve consiste surtout à trouver un moyen pour dépenser deux Smic par jour, un fan du socialisme parlementaire qui échoue lamentablement depuis un siècle et plus dans toutes ses tentatives de changement profond de la société, un admirateur de Fidel auquel il ne manque que la casquette et le cigarillo ad hoc pour faire vraiment couleur locale… ? Vous me faites peur tant cet avenir a couleur de XIXème siècle. Disons-le franchement : les jeunes à la mine, les vieux au dépotoir, les malades au mouroir, les services publics réservés à ceux qui ont suffisamment de pognon pour ne pas en avoir besoin… Le seul point sur lequel ils sont modernes tous ces politicards, c’est qu’ils n’envisagent pas le retour à la machine à vapeur. Eux, ce qui les fait baver, ce sont des caméras connectées partout pour surveiller nos moindres instants de liberté, des compteurs « intelligents » pour nous pister dans nos moindres ébats, des cartes à puces pour nous maquer avec plus d’efficacité que les fameux « livrets » des ouvriers d’antan… Un cauchemar orwellien mitonné sauce Huxley ! A chaque nouvelle élection, on va de pire en pire… Je pense qu’il faudrait interdire les manipulations génétiques dans le monde des politicards.

En fait, oubliez ces sinistres présages, faites la « révolution » tranquillement… Vous verrez : avec Macron (Le Pen, Fillon, Hamon, Tartempion…) le meilleur est à venir. Je vous promets qu’avec Macron il n’y aura pas de déception ; la seule difficulté que vous aurez – au départ – c’est de trouver comment dépenser un petit millier d’euro tous les jours, mais on s’y fait. Rien que meubler un appartement à un million d’euro ça coûte un max… On ne va pas se contenter d’un abattant de WC en plastique !

La conclusion provisoire de ce billet, je la laisse à Chomsky : « Comment se fait-il que nous ayons tant d’informations et que nous sachions si peu de choses ? »

 

 

One Comment so far...

Zoë Lucider Says:

4 mars 2017 at 23:12.

J’applaudis des quatre mains. Je l’appelle Macromagnon pour ma part, ce qui n’est pas sympa pour nos lointains ancêtres. Quant à son air de faux-cul, merci de corroborer mes propres perceptions. Tout le cirque actuel est affligeant. Heureusement le printemps revient

Leave a Reply

 

Parcourir

Calendrier

avril 2017
L M M J V S D
« Mar    
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930

Catégories :

Liens

Droits de reproduction :

La reproduction de certaines chroniques ainsi que d'une partie des photos publiées sur ce blog est en principe permise sous réserve d'en demander l'autorisation préalable à (ou aux) auteur(s). Vous respecterez ainsi non seulement le code de la propriété intellectuelle (loi n° 57-298 du 11 mars 1957) mais également le travail de documentation et de rédaction effectué pour mettre au point chaque article.

Vous pouvez contacter la rédaction en écrivant à