16 janvier 2018

Après les « fake news », soyons courageux, dénonçons les « garbage news »

Posté par Paul dans la catégorie : Humeur du jour; Vive la Politique .

Désolé pour ces anglicismes malvenus. Malgré les propos tenus récemment à propos de notre langue, comme je souhaite agrandir la faction « geek » de mon lectorat, j’ai décidé – tout comme notre bon maître – d’angliciser un brin, notamment dans les titres, pour améliorer l’accroche auprès des jeunes technocrates en marche.

 Le gardien suprême de nos rêves a décidé de protéger les enfants que nous sommes, rassemblés autour de sa houlette de berger, des horripilantes fausses nouvelles que les ennemis ne manquent pas de répandre sur nos médias sociaux. Belle et courageuse initiative, sans doute pas facile à appliquer mais bon… Pour le faire comme il faut il faudrait demander conseil aux roitelets qui gouvernent notre galaxie… A Pékin, à Ankara ou à Budapest, les experts en manipulation de cerveaux sont réputés et pourront certainement aider notre Colomb de l’intérieur à débusquer les semeurs de discordes. Pour l’heure, on va taper sur quelques complotistes néophytes et benêts. Si tout se passe dans le consentement et l’harmonie on pourra faire quelques expéditions punitives sur des terres qui tentent de dévier de la ligne officielle du réalisme de bon aloi. Je pense par exemple que laisser entendre qu’il y a eu un lien quelconque entre la ministre de la santé et les laboratoires pharmaceutiques et que cette histoire d’amour prolongée a pu avoir un effet sur le décret gouvernemental concernant l’obligation vaccinale…, c’est l’exemple type d’une « fake news » que l’on va laisser circuler le temps que les assidus d’internet s’habituent, puis on tentera, par un biais ou par un autre, d’enrayer sa diffusion. Vous croyez que je divague ? Un article est paru sur Le Monde intitulé « les théories du complot bien implantées dans la population française ». Quand on parcourt cet article, illustré de moult exemples habilement choisis, on découvre ceci : «plus de la moitié des Français (55 %) estiment ainsi que « le ministère de la santé est de mèche avec l’industrie pharmaceutique pour cacher au grand public la réalité sur la nocivité des vaccins ». Donc, l’information que je vous ai exposée juste avant, montre bien que mes dons de voyant ne sont pas si mauvais que cela… Bref, Monsieur Macron, jusqu’où allez-vous « sévir » dans ce domaine ? Quels outils allez-vous fournir à vos successeurs d’extrême-droite qui n’en manquent pourtant pas, déjà ?

 Si j’étais conseiller à l’Elysée, je serais l’instigateur d’une politique de contrôle, plus difficile à mettre en œuvre (vu l’ampleur du chantier), mais ô combien favorable à la santé mentale de mes concitoyens : l’interdiction de faire de l’information poubelle (garbage news) bien plus répandue encore que les « fakes ». L’information poubelle c’est faire passer tout et n’importe quoi pour un élément important, c’est ne respecter aucune hiérarchie dans les titres. Le journal de la « 3 » proposait comme informations essentielles l’autre soir : la neige (il neige en hiver, c’est nouveau), la mort de France Gall, et la remontée dans le classement de je ne sais trop quelle équipe de quinzième ou seizième division. Point barre : le reste, pacotille, faisant l’objet de « brèves » enchainées sans queue ni tête, sans aucun dossier d’explication pour étoffer derrière. Je cite la « 3 » mais je pense qu’il en est de même pour les autres chaînes publiques et privées. Même ARTE, à force de vouloir chevaucher le bronco de l’Europe, n’échappe pas à ce genre de méfaits. Je ne compte pas les heures pendant lesquelles on nous aura fort pédagogiquement expliqué de quelle manière les partis présents aux élections en Allemagne peuvent trahir leurs électeurs en optant pour des choix de gouvernement absolument contraires aux idées qu’ils ont défendues pendant la campagne « aux alouettes ». Pour échapper à tout cela, encore faudrait-il qu’il y ait une certaine pluralité dans nos médias. Comme le contrôle (essentiel) de tous les moyens d’information (ou plutôt de divertissement) du public est entre les mains de quelques groupes financiers, on comprend qu’ils n’aient pas envie de faire entendre des sons de cloche trop contraires à leurs intérêts. Donc l’heure est à l’omission, l’assimilation ou la désinformation ; on énonce avec plus ou moins d’exactitude des faits bruts, plus ou moins confirmés ; tout cela passe comme une lettre à la poste sans qu’aucun débat ne soit engagé. Expliquer que la gendarmerie de l’Oise a réuni des fédérations de chasse pour utiliser ces amis de la nature comme force auxiliaire pour faire respecter l’ordre public… ; cela peut difficilement passer comme cela, sans faire valoir quelques points de vue divergents sur la question ; et encore moins figurer entre le énième nourrisson congelé et la pénurie d’huitres pour les fêtes encore à venir… Qu’en France la police soit laissée libre de tuer, presque à son gré, et que la mort de Rémy Fraisse reste à jamais impunie, que du banal…

Je ne souhaite pas instaurer un « commissariat central » aux infos, chargé de décider ce qui est important ou pas à l’échelle de la planète. Je crois que je souhaite tout simplement ficher en l’air tout le château de cartes de l’audiovisuel public et en changer radicalement le mode de fonctionnement. En temps qu’idéaliste forcené, dans un premier temps, je voudrais que l’on ait la pudeur de respecter un minimum de hiérarchie dans les titres, de ne pas mettre sur le même plan la disparition de la « poupée de son » et le problème des SDF que notre bon chef a finalement laissés dans la rue « puisqu’ils ne veulent pas aller ailleurs ». Un exemple qui me vient à l’esprit : après avoir lu, vu ou entendu la propagande que les médias zofficiels déversent au sujet du Vénézuéla, vous estimez-vous informés correctement sur la situation dans ce pays ? J’en doute. En ce qui me concerne je peine à discerner qui est contre qui. N’étant partisan ni de la clique à Maduro, ni du retour de la droite au pouvoir, j’ai bien du mal à naviguer. Sûr que le « petit peuple » sera encore une fois le dindon de la farce quel que soit le camp qui se maintienne ou se hisse au pouvoir. Je pense aussi que les pauvres gens auront bien du mal à obtenir une amélioration de leurs conditions de vie si la Droite revient au pouvoir comme au Honduras. Certes, les banques des supermarchés seront fournies grassement, mais le pouvoir d’achat des ouvriers et des paysans ne leur permettra que de contempler les rayons et leur panier restera vide.

 Je reviens à l’article du Monde. En continuant, on apprend que la défiance des Français à l’égard des médias est croissante. Je cite : Seules 25 % des personnes interrogées jugent que « globalement, [les médias] restituent correctement l’information et sont capables de se corriger quand ils ont fait une erreur. » J’espère que ce pourcentage de Français, plutôt réalistes et lucides, va augmenter et que les gens prendront l’habitude de comparer les sources. Sur un dossier comme « Notre Dame des Landes » ce genre de précautions est vraiment stupéfiant. Je crains que ceux qui ne sont informés que par le JDD ne soient obligés d’acheter de l’armement lourd pour se protéger lorsque les hordes Zadistes se lanceront à l’assaut du territoire. Les soi-disant photos de caches d’armes publiées dans ce torchon, témoignent du fait que les « fake news » ne sont pas toujours celles que l’on croit. Par contre, du côté de Rennes et de Nantes, les bruits de bottes se font de plus en plus assourdissants. Si les médias continuent leur politique d’info poubelle actuelle, les braves citoyens seront fin prêts pour applaudir aux ratonnades à venir. Faudrait pas que la bleusaille se prenne à rêver que l’on peut trouver des solutions négociées à ce genre de situation. On n’est pas au Larzac ici et la force doit rester dans le camp du plus fort. Citoyen Bové, rompez les rangs.

Il paraît aussi qu’une petite fraction de nos concitoyens est convaincue que le zomo sapiens dont ils font partie fièrement, descend d’Adam et Eve. Après tout, c’est bien ce que l’on m’a enseigné au catéchisme au temps où je l’ai fréquenté, quelques temps avant de rejoindre la secte « Ni dieu ni maître ». Bref il y a du pain sur la planche pour ceux qui essaient de mettre en place des moyens d’information un peu moins abêtissants. La tache est ardue, mais certains médias parallèles ne tirent pas trop mal leur épingle du jeu. Dans les poids plumes un peu lourds, je pense aux sites Basta, Reporterre ou Altermonde sans frontières ; dans les médias papier, je pense à « CQFD », « L’âge de faire », « la Brique » ou autre (je suis déjà abonné aux deux premiers). Il est grand temps de prendre en main le problème de la télé, sans que l’on ait forcément besoin de la béquille « Mélenchon ». Si l’on ne veut pas que les chefs trahissent, le mieux c’est « pas de chef », ou alors surveillé comme le lait sur le feu. Si tout cela ne constitue pas un programme pour 2018 !

2 Comments so far...

Lavande Says:

19 janvier 2018 at 08:51.

Ta première illustration me fait penser à un dessin des Indégivrables de Xavier Gorce avec ce dialogue:
– Les fake news ça a existé de tous temps
– Ah bon … tu as un exemple?
– « Il est né le divin enfant »

Paul Says:

19 janvier 2018 at 09:59.

@ Lavande – vu aussi un joli dessin avec une télé posée dans un coin de la pièce, dos au mur, et la légende « je te rebrancherai quand tu arrêteras de mentir ».

Leave a Reply

 

Parcourir

Calendrier

août 2018
L M M J V S D
« Juin    
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728293031  

Catégories :

Liens

Droits de reproduction :

La reproduction de certaines chroniques ainsi que d'une partie des photos publiées sur ce blog est en principe permise sous réserve d'en demander l'autorisation préalable à (ou aux) auteur(s). Vous respecterez ainsi non seulement le code de la propriété intellectuelle (loi n° 57-298 du 11 mars 1957) mais également le travail de documentation et de rédaction effectué pour mettre au point chaque article.

Vous pouvez contacter la rédaction en écrivant à