23 janvier 2009

Education Nationale : vous avez aimé 2008 ?

Posté par Paul dans la catégorie : Sur l'école; Vive la Politique .

Eh bien 2009 ne devrait pas vous décevoir !

annee_de_liquidation Le bras droit éducatif du petit Timonier (que certains ont baptisé « play-mobil de l’Elysée » – j’aime bien aussi) vous annonce de nouvelles réjouissances… Les secrets de la nouvelle thérapie : on prend les anciennes mesures et on repasse une couche un peu plus épaisse ; on ajoute quelques idées toutes neuves émanant du cerveau élyséen ; le cocktail devrait permettre de finir de massacrer ce qui ne l’a pas encore été. Vous en avez rêvé dans vos pires cauchemars ? Dark Vados va le faire pour vous, en moins de temps qu’il ne vous en faut pour vous réveiller, prendre conscience et commencer à râler. A peine sorties vos pancartes de protestation, l’affaire sera dans le sac. L’Education nationale aura été encore un peu plus allégée de son sur-effectif d’enseignants ; son budget grassouillet bénéficiera d’un régime un peu plus sévère ; les flics, les chiens et le service de veille informatique du ministère s’appliqueront à ce qu’il n’y ait plus de ratés dans la machine. A tous ceux qui considéraient que le grand chef de l’éducation n’était pas une flèche, sachez que lui-même se compare à une fusée sur sa rampe de lancement : « J’en vois qui écrivent que ma mission est terminée. Une lettre de mission c’est une rampe de lancement que vous donne un président. Sur cette rampe, une fusée ne s’arrête pas en cours de route parce qu’elle a décollé. Il faut continuer. » (*) Toutes mes condoléances aux collègues encore en activité !

carotte_botte Finalement si l’on examine un peu en détail l’année écoulée, le ministre a été relativement calme : il n’a fait que démanteler les Réseaux d’Aide aux élèves en difficulté (RASED dans le primaire), réduire le nombre de places aux concours de recrutement (afin, comme promis, de remplacer le moins possible de fonctionnaires partant en retraite), chambouler les programmes, bouleverser les horaires, désorganiser les lycées, multiplier jusqu’à l’hystérie les évaluations… Le tout avec une vitesse et une précipitation évoquant la charge de la cavalerie de Custer contre les Indiens… Mais il paraît que ce n’était qu’un tour d’échauffement : la fusée va accélérer. Il faudrait pourtant que ce brave homme prenne garde : il arrive parfois que les engins spatiaux les plus élaborés explosent juste après le lancement. Une petite erreur dans le calcul de la trajectoire et plouf !, une belle gerbe d’étincelles dans l’atmosphère… En 2009 la garde impériale part au combat contre l’absentéisme, lance « l’académie sur internet » (non, bien qu’on soit dans la guerre des étoiles, ce n’est pas la « star academy »), améliore la mise sur orbite ANPE des lycéens, et remet sur le tapis (sans doute au moment des examens de fin d’année) sa réforme du lycée qu’il n’a pas abandonnée… J’en passe et des meilleures : un programme époustouflant, digne d’Hollywood. D’autant que le ministre laisse entendre qu’il a d’autres idées en réserve pour la fin d’année (la remise en cause de l’école maternelle peut-être ?). Pendant que le bougre conférence, salonne et déblatère, la révolte gronde dans les écoles, les collèges et les lycées. Quand je dis « la révolte gronde », il faut bien sûr garder à cette phrase des proportions raisonnables : j’ai peine à imaginer certains enseignants de ma connaissance le couteau entre les dents, trop occupés qu’ils sont à la défense de leurs petits intérêts particuliers ! Mais disons qu’une large frange des personnels de l’Education Nationale commence à trouver que le vase déborde. Les petites primes de-ci de-là ne suffiront bientôt plus à faire avaler les couleuvres ministérielles.

gourdin Pourtant, les gouvernements successifs ont fait très fort pour diviser les enseignants, avec la complicité active ou passive des syndicats : la diversité des salaires pour un travail identique est bientôt plus grande que sur les chaînes de montage de la grande industrie : vous savez, cette époque héroïque où chez Renault, à Flins ou à Billancourt, on se cassait la tête pour constituer des équipes de travail dans lesquelles les ouvriers parlaient cinq ou six langues et où il y avait autant de fiches de paie différentes que d’ouvriers embauchés. Le système, exporté dans la fonction publique, a donné de bons résultats : il est logique que des enseignants pratiquant eux-mêmes la politique de la carotte et du bâton avec leurs élèves, soient largement sensibles à cette façon de faire. Euros contre heures supplémentaires, promotions contre approbation inconditionnelle des directives les plus stupides, concours internes débiles pour donner des titres à certains et pas à d’autres… On a joué à fond la carte des vacataires contre les titulaires, des instituteurs contre les professeurs d’école, des profs certifiés contre les agrégés, des lycées contre les facs… Mais je crains que cette époque bénie pour les dirigeants soit terminée. Les vieux de la vieille ont du mal à supporter le discours tendance jeune cadre dynamique, où l’on prend les enfants pour des véhicules en cours d’assemblage et où l’on se met à fantasmer sur des courbes, des graphiques, et des projections sur la rentabilité de tel ou tel investissement pédagogique. Quant aux plus jeunes enseignants, ceux qui n’ont pas connu l’époque relativement bénie où l’on avait une certaine maîtrise de la pédagogie que l’on voulait mettre en place, eh bien eux se cassent les dents sur des conditions de travail impossibles : classes surchargées, gamins incadrables et refusant (les lâches) de se conformer aux grilles d’évaluation et aux schémas d’objectifs programmés. De plus en plus d’entre eux, notamment ceux qui sont rentrés dans l’Education Nationale plus par défaut de choix que par orientation volontaire, se demandent dans quelle galère ils sont tombés. Pourvu qu’ils soient suffisamment attentifs à l’environnement humain dans lequel ils travaillent, ils se rendront très vite compte que l’école n’est pas une industrie et que les techniciens supérieurs issus des grandes écoles de l’administration ont mieux à faire ailleurs (?) qu’ici !

graphique1 On met en place de nouveaux dispositifs sans même les avoir testés, sans avoir pris la peine de se demander s’ils présentent un intérêt quelconque. Les heures de soutien scolaire accordées aux élèves en difficulté en sont un bon exemple : que faire de plus idiot pour un enfant qui a du mal à supporter l’école parce qu’il y est en situation d’échec, que de lui offrir quelques heures de classe supplémentaires ? Certains vieux collègues faisaient déjà ça quand j’ai débuté : « tu ne sais pas faire ton problème ? Tu feras des maths pendant que les autres feront de la peinture ». J’en ai eu un comme ça d’élève dans ma classe : il avait dix ans ; depuis son cours préparatoire (apprentissage de la lecture) il était systématiquement privé de récréation parce qu’il était plus lent que les autres… Vous croyez que lorsqu’il est arrivé chez moi il bénissait l’image de l’instit qui lui avait imposé ce régime de faveur ? Deux années d’une pédagogie un peu plus subtile n’ont pas suffi pour remettre la barque à flot : quand il est parti au collège, il avait toujours l’école en grippe… Les idées stupides n’ont pas manqué cette année en primaire : je ne trouve pas très malin d’enseigner le passé antérieur aux enfants sous prétexte que le niveau en français baisse (c’est drôle de considérer d’ailleurs que le français c’est juste de l’orthographe…). Il eût peut-être fallu que le ministre réfléchisse un peu plus et apprenne à se servir de la règle de trois avant de considérer que c’était là un apprentissage incontournable à l’école… Je m’arrête car la liste pour 2008 est encore longue. Il semble qu’en 2009 ce n’est pas une chronique de blog qu’il faudra mais un volume de l’encyclopédie Larousse pour parler de toutes les idées révolutionnaires de notre Rantanplan national.

fusee-dark-vados Révolte donc il y a et par conséquent répression. La politique de la prime et du doberman. L’initiative de notre collègue Alain Refalo que j’avais évoquée dans une précédente chronique (ça ne peut pas passer, il faut que ça casse) donne des cauchemars à l’administration. Une longue série de courriers dans lesquels les enseignants refusent de mettre en œuvre les réformes ministérielles ont suivi. Plus de mille lettres de désobéisance ont déjà été expédiées. Le ministère se fâche et les mesures répressives tombent : brimades administratives, visites à répétition des inspecteurs, et, mesure la plus scandaleuse : retenues sur les salaires. L’inspection académique de la Haute-Garonne a ainsi informé Alain Refalo qu’à partir du 5 janvier il était sanctionné d’un retrait de salaire de deux journées par semaine (**). Visiblement Dark Vados veut frapper fort, comme sa collègue de l’intérieur avec sa grotesque affaire de Tarnac, histoire de faire un exemple et de décourager ceux qui voudraient se joindre à cette action. Mais là aussi le Cornac qui siège au poste de conduite du mammouth réagit un peu tard. Il se peut même que cette sanction stupide et démesurée jette encore un peu plus d’huile sur le feu qui couve. Quand ce seront des dizaines d’instituteurs dans chaque circonscription qui enverront des courriers pour signaler qu’ils refusent la mise en œuvre des « dispositifs d’aide individualisée », il va falloir que le ministère embauche des milliers d’inspecteurs contrôleurs pour aller vérifier sur le terrain ce qui se passe. La loi ne leur permet pas encore le retrait de salaire sur la base d’une simple lettre. Plus nombreux seront les insoumis, moins ils prendront de risques et plus le Jedi en chef se ridiculisera. La grève du 29 janvier devrait mobiliser, certes, mais il y a plus à chercher, à mon avis, du côté des actions de blocage et de désobéissance pour faire monter la pression. Comme le disait un de mes amis : les lourdes machines n’aiment pas avoir trop de grains de sable dans leurs rouages !

Notes. (*) conférence de presse de Xavier Darcos le 22/01 – (**) voir le site « Résistance pédagogique pour l’avenir de l’école« , pour complément d’information –

One Comment so far...

Lavande Says:

26 janvier 2009 at 10:31.

Cormier:7 / Darcos: 0
tes lecteurs sont plus du côté des bûcherons que des enseignants!

Leave a Reply

 

Parcourir

Calendrier

septembre 2018
L M M J V S D
« Juin    
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930

Catégories :

Liens

Droits de reproduction :

La reproduction de certaines chroniques ainsi que d'une partie des photos publiées sur ce blog est en principe permise sous réserve d'en demander l'autorisation préalable à (ou aux) auteur(s). Vous respecterez ainsi non seulement le code de la propriété intellectuelle (loi n° 57-298 du 11 mars 1957) mais également le travail de documentation et de rédaction effectué pour mettre au point chaque article.

Vous pouvez contacter la rédaction en écrivant à