13 avril 2009

Le charme d’Adam c’est d’être à poil

Posté par Paul dans la catégorie : voyages sur la terre des arbres .

Charme, charmille… charmant, printanier et de bon goût

adameve Pardonnez-moi, mais il me fallait un titre qui fasse monter un peu l’audimat. J’ai eu un pressentiment : je pense que je vais être contacté par Mme Albanel (la lumière qui éblouit notre horizon culturel) pour prendre la direction de la future chaîne nationale qui doit supplanter à terme France Culture. Mon curriculum vitae est presque parfait ; une seule condition n’est pas remplie : « la feuille charbinoise » n’a pas une audience suffisante. Certes elle a plus de lecteurs que la chaîne radio indiquée n’a d’auditeurs, mais ce n’est pas suffisant. Il me faudrait des performances du style RMC ou Europe 1 pour emporter la décision. J’ai bien fait remarquer à Mme la ministre, dans mon dossier de candidature, que « Charlie Hebdo » avait un tirage moindre que « l’équipe » et que cela n’empêchait pas son rédac chef d’être pressenti pour la direction de France Inter. Mais il est vrai que le dénommé Philippe Val, grand pourfendeur d’altermondialistes islamo-arabes antisémites et néanmoins gauchistes rendait bien des services que moi j’étais incapable de fournir. Donc allons-y pour « Adam à poil », c’est plus porteur que le titre prévu initialement, relégué au rang de sous-titre, avant disparition sans doute définitive. Quand je pense qu’il s’agissait, dans mon esprit, avant que je ne me mette devant le clavier, d’une chronique arboricole culturelle, sympa et tout et tout… On est mal barrés. Je crois que je vais continuer à délirer un peu. Ça ne prête pas à conséquence : les sylviculteurs ont le dos tourné ; ils manifestent pour qu’on leur donne les subventions qu’on leur a, pour la énième fois, promises, suite à la tempête dans les Landes. Pendant qu’ils perdent leur temps et que l’ONF est occupé à réparer la forêt avec des ficelles et du carton, on a tout le temps de s’occuper de mythologie catholique, celte et bantoue.

charme-commun Histoire que vous non plus vous n’ayez pas l’impression de perdre votre temps et que vous ne partiez pas manifester pour réclamer plus de beurre dans votre assiette, je vais au moins vous expliquer ce que vient fabriquer Adam, à poil, dans une forêt mixte de Chênes, de hêtres et de charmes, assez courante en France et plus résistante que les forêts de pin. L’un des charmes du hêtre est d’avoir des feuilles poilues (revers pelucheux) alors qu’un être de bon goût comme l’est notre charme possède des feuilles dentelées. Vous me suivez ? C’est parfait ! Ça peut se résumer par « hêtre à poil, charme à dent », avec n’importe quelle orthographe, je m’en fous. la seule chose qui m’intéresse vraiment c’est que tous ceux qui taperont « à poil » sur Google ou sur les pages jaunes de l’annuaire, viendront grossir mes stats. Si par la même occasion je récupère aussi les timbrés qui préfèrent la mignonne petite histoire d’Adam et Eve aux théories lassantes du Signor Darwin, tant mieux. Je veux du chiffre, des liens, des entrées, des sorties, des stationnements payants ou gratuits… Ça va chauffer ! « Insolation » commencent à se dire certains. Il est vrai que si j’étais resté à l’ombre d’un charme ou d’une haie de charmilles au lieu de m’exposer stupidement en plein soleil la semaine dernière, pour désherber mes plates bandes, je n’aurais pas eu le mal de tête que j’ai eu avant-hier… « Démence sénile » penseront certains lecteurs… Eux au moins auront la pudeur de ne pas oser le dire à voix haute… Je ne suis pas certain que certaines de mes lectrices aient cette retenue… J’admets ce verdict terrible mais je dois reconnaître que le « sénile » a du mal à passer. Je n’ai pas ma carte au mouvement jeunesse de l’UMP quand même.

Histoire de ratisser large, je ne m’arrêterai pas aux charmantes histoires de curé, de catéchisme et de petits enfants. De toute façon, cruelle déception, sur les dessins des livres saints, Adam n’a pas de zigounette, y’a un truc qui la planque. C’est pas mieux pour Eve, elle ressemble à une poupée Barbie asexuée. Alors autant passer à la mythologie celtique, elle est plus sympa car elle cause d’arbres. Dans le calendrier celtique, les personnes nées sous le signe du charme, sont des personnes « de bon goût ». Rassurez-vous, ce n’est pas mon signe, ce qui me permets de vous citer ce petit paragraphe d’astrologie, morceau choisi sur le signe du charme, histoire de vous distraire un peu car je suis conscient de l’aridité de cette chronique botanique : « d’une beauté charmante, fait attention à son apparence et à sa condition physique, fait preuve de bon goût, n’est pas égoïste, fait en sorte que sa vie soit aussi confortable que possible, mène une vie raisonnable et disciplinée, recherche la gentillesse et la reconnaissance chez un partenaire de vie, rêve d’amants exceptionnels, est quelquefois heureux de ses sentiments, a peu confiance dans la plupart des gens, n’est jamais certain de ses décisions, est très consciencieux. » Vous vous reconnaissez dans ce portrait dithyrambique ? Encore faut-il que vous soyez né(e)s entre le 4 et le 13 juin ou bien entre le 2 et 12 décembre (du moins dans la version du calendrier donnée dans l’épitre selon Saint Paul, mon auguste patron). « Rêver d’amants exceptionnels » (pourquoi pas d’amantes d’ailleurs ?) ne signifie pas forcément que vous ayez du charme, pardon que vous soyez nés sous le signe du charme.

comparatif-feuilles Retour à mon charme (pas celui-là, indéniable, mais l’autre). Si l’on a besoin d’une phrase mnémotechnique pour distinguer le charme du hêtre c’est bien qu’il y a problème. Bien qu’ils n’appartiennent pas à la même famille botanique, les deux arbres ont la particularité de pousser dans les mêmes lieux et de se ressembler de façon troublante pour un novice. D’où l’utilité, pour une fois bien réelle, de l’histoire d’Adam. Pour vous aider, je joins à ce paragraphe une petite photo comparative des feuilles des deux arbres. L’hiver, la comparaison devient plus ardue, mais elle est possible aussi, sans faire appel aux super-héros bibliques. Les deux écorces ont à peu près la même couleur mais le tronc du hêtre est plus régulier. Celui du charme est plus tourmenté et il évoque un peu l’aspect d’un bras ou d’une jambe très musclée, avec de beaux biceps et de beaux triceps bien noueux, comme on les aime sur certains sites internet consacrés à autre chose qu’à la botanique. Cette particularité de l’arbre à la feuille dentelée est liée à la structure de son bois. La fibre tourne un peu dans tous les sens et le charme est difficile à refendre. C’est à la fois une qualité et un défaut : le bois étant très dur, pour certains usages particuliers, on le tranche non point de fil (dans le sens de la longueur) mais de bout (perpendiculairement) lorsque l’on veut par exemple réaliser des pièces très robustes. Selon Varenne de Fenille (ce n’est pas un apôtre mais un agronome célèbre), « ses fibres contranchées et dures le rendent supérieur à tous les autres bois pour construire des masses, des maillets, et tous les instruments qui doivent, ou frapper un grand coup ou opposer une grande résistance« . Le fait que le bois soit assez tourmenté limite son usage en ébenisterie. Il possède pourtant un joli veinage, un coloris blanc rosé et n’a pas d’aubier périssable. Le charme est à ranger dans la catégories des bois lourds et denses (0,8 – 0,9) de nos contrées, comme le fayard (appellation courante du hêtre), le chêne ou l’orme. Il fournit un bois de chauffage d’excellente qualité, long à se combuster et très calorifique.

aspect-du-bois-de-charme Contrairement à d’autres arbres ou arbustes évoqués dans ces colonnes, le charme n’occupe qu’une place très limitée dans le folklore et les croyances populaires. Il ne possède que de bien maigres vertus médicinales et la pharmacopée traditionnelle de nos campagnes n’y avait que très rarement recours. Les feuilles, riches en tanin, ont des propriétés astringentes et leur infusion a quelques effets contre les maux de gorge ou la diarrhée, mais dame Nature nous offre d’autres substances bien plus efficaces. Lorsqu’il est jeune, le charme, portant alors le nom de charmille, possède de nombreux usages décoratifs. On s’en sert pour réaliser des haies beaucoup plus agréables à l’œil et beaucoup plus utiles pour la faune que les hideuses alignées de cyprès, de lauriers tins ou de troënes. La charmille peut pousser librement ou bien se tailler. On peut lui faire épouser toutes sortes de formes : portiques, colonnades, chandeliers, pyramides… pour peu que l’on soit un fanatique du taille-haie ou de la cisaille. Personnellement ce n’est pas ma « tasse de thé » (je parle de la taille systématique- je vois bien qu’il y en a qui ne suivent pas !).  Je préfère que les arbres ou les arbustes conservent leur forme naturelle. La haie de charmille constitue un excellent brise-vent. Elle conserve ses feuilles desséchées une grande partie de l’hiver, et les jeunes pousses se développent très tôt au printemps. Cette particularité est à prendre en compte dans les régions où les coups de vent printaniers occasionnent des dégâts dans les vergers ou dans les potagers. De nombreux oiseaux adorent se réfugier ou nicher dans l’entrelacs des branches de ces arbustes. Leur présence contribue à augmenter le charme de ce type de haies « sauvages ». L’idéal est bien sûr de diversifier la plantation ; on peut associer ainsi comme plantes de base : charmille, sureau, aubépine, noisetier et photynias…, ajouter quelques amélanchiers, cornouilliers et fusains… Le résultat esthétique sera des plus réussis, et les conséquences écologiques seront également excellentes.

charme-houblon Pour parfaire vos connaissances en la matière, sachez qu’il existe plusieurs variétés de Carpinus, d’apparence et d’usage proches de la variété commune. l’une des plus singulières est sans doute l’Ostrya, appelée couramment charme-houblon. Le tronc de l’Ostrya est quelque peu différent : au lieu d’être lisse et gris-clair de façon uniforme, son écorce se fissure peu à peu, lorsque l’arbre est âgé, et devient plutôt écailleuse et brunâtre. Ce sont surtout ses grappes de fleurs serrées et pendantes, qui le font comparer au houblon. C’est un arbre de moindre dimension que la variété commune : il ne dépasse que rarement la quinzaine de mètres alors que le charme peut atteindre 20 m. Il pousse principalement dans le Sud de la France, dans les collines et les montagnes peu élevées, en compagnie des chênes verts, des pins d’Alep ou des pins maritimes. Son bois ressemble à celui du charme, tout en étant un peu plus coloré. Il n’a pas d’usages particuliers chez nous. Nos voisins italiens s’en servaient autrefois pour fabriquer des navettes de tisserand. Comme le cormier, dont j’ai parlé il y a quelques temps, le charme est un arbre qui n’est plus tellement à la mode. On ne le plante guère. Même si quelques efforts de diversification ont été faits ces dernières années, il faut reconnaître que l’éventail des suggestions faites aux forestier donne la priorité à quelques espèces ayant des propriétés bien définies (rapidité de croissance, valeur d’usage du bois, résistance aux parasites) plutôt qu’à des essences dont l’intérêt principal est le maintien indispensable de la biodiversité végétale. J’espère que ces quelques lignes un peu arides vous auront « charmés » plutôt que « barbés », mais je ne suis pas inquiet car je ne doute pas que vous soyez des personnes « de bon goût »… Méfiez-vous toutefois d’un excès de charme car pour les forestiers, un bois « charmé » est un arbre que l’on a gâté par le pied pour le faire périr !

4 Comments so far...

Lavande Says:

13 avril 2009 at 16:04.

C’est pas beau la jalousie! Ce sont les 100 000 visiteurs de Clopine qui te font baver d’envie? OK mais de là à appâter tous ceux qui cherchent des blogs porno, pour faire du chiffre, c’est un peu abusif!

zoë Says:

13 avril 2009 at 21:53.

Pas du tout, je suis ravie de contribuer à la promotion d’un grand spécialiste des espèces. Je reconnais que la relation à Adam est un peu tirée par la feuille, mais il est normal d’user de son charme pour séduire les foules. Pour toujours une fervente adepte de vos bois flottés

Paul Says:

14 avril 2009 at 07:05.

Merci Zoë c’est tellement important d’être soutenu lorsque l’on essaie de charmer les cactus dans le désert, et c’est si difficile de faire flotter le bois en période de sécheresse…

Catherine D Says:

13 avril 2014 at 11:27.

Intéressant ! je lis et je partage, bon dimanche

Leave a Reply

 

Parcourir

Calendrier

mars 2021
L M M J V S D
« Jan    
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293031  

Catégories :

Liens

Droits de reproduction :

La reproduction de certaines chroniques ainsi que d'une partie des photos publiées sur ce blog est en principe permise sous réserve d'en demander l'autorisation préalable à (ou aux) auteur(s). Vous respecterez ainsi non seulement le code de la propriété intellectuelle (loi n° 57-298 du 11 mars 1957) mais également le travail de documentation et de rédaction effectué pour mettre au point chaque article.

Vous pouvez contacter la rédaction en écrivant à