5 août 2009

Changer le monde, un canapé à la fois

Posté par Sebastien dans la catégorie : Feuilles d'érable .

La première fois, elle s’appelait Joul, et venait de Mexico. Les suivantes, Marie et Astrid, étaient des Françaises qui passaient une année à New-York. Puis ce fut le tour de Benjamin, de Montpellier. Marilyne, elle, venait simplement de Québec. Quand à Brandon, il arrivait d’Atlanta par le chemin des écoliers.

Ils ont tous un certain nombre de points communs, le principal étant qu’ils étaient tous de parfaits inconnus avant de s’en venir à Montréal pour dormir sur mon canapé. Ou, comme on dit dans le milieu, pour surfer sur mon canapé.

logo-couchsurfing CouchSurfing, c’est un réseau social international, fondé en 2004, dont le but est de mettre en contact des voyageurs et des personnes prêtes à les héberger. Gratuitement ; pour le plaisir. Le principe est aussi simple que cela.

Basé sur le modèle des réseaux sociaux, chaque membre se doit de remplir un profil. Le contenu est, bien évidemment, à la discrétion de chacun, certains préférant être extrêmement brefs, d’autres au contraire n’hésitant pas à entrer dans les détails. L’information essentielle étant « êtes vous disponibles pour héberger ? » Oui, sûrement, peut-être, non, pourquoi pas un café, présentement sur la route.

Vous êtes un voyageur ? Un moteur de recherche vous permet de trouver des CouchSurfers disponibles dans la ville où vous vous rendez. La recherche vous envoie vers des profils dépendants de vos critères ; à vous ensuite de contacter ces personnes pour savoir si elles sont disponibles pour vous héberger.

airbus-en-vol Et si vous recevez la demande d’une personne désirant surfer sur votre canapé ? Commencez par regarder les dates demandées ; regardez ensuite le profil de la personne. Vous êtes ensuite entièrement libre d’accepter ou de refuser sa demande, CouchSurfing étant entièrement basé sur le volontariat : vous pouvez héberger mais ne jamais voyager, comme vous pouvez être tout le temps hébergé sans jamais héberger vous même. Après tout, il n’est pas toujours possible d’avoir un appartement de la bonne taille, ou bien les disponibilités et l’équipement nécessaires.

Et ainsi, nous allons changer le monde ?

Oui ! L’un des principes de base de CouchSurfing est de faire confiance à de parfaits inconnus. Il y a, bien évidemment, quelques sécurités (principalement basées sur les références laissées par d’autres membres) mais ce n’est pas grand chose. Le reste du travail, c’est votre bon sens qui le fait. Mais, bien au delà de cette confiance, c’est l’échange culturel apporté par la rencontre avec ces gens d’un peu partout dans le monde qui fait définitivement la richesse du système.

rickshaw En voyage, CouchSurfing vous permet d’être logé « chez l’habitant ». Rien de tel pour s’imprégner de la culture d’un pays, ou d’une région. En Irlande, j’ai ainsi eu la chance de participer à une discussion des plus intéressantes sur les méthodes utilisées par les Anglais pour écraser la culture irlandaise. Passionnant, car je pouvais les comparer avec ce que j’avais appris sur le Québec, pour me rendre compte que les Anglais ont infligé un traitement quasiment identique aux Irlandais et aux Québécois. De la même façon, en Colombie-Britannique, j’ai pu me retrouver sur le bord d’un feu avec une dizaine de musiciens à jouer toute la soirée. On m’a également suggéré quelques lieux ou activités magnifiques, à côté desquels je serais assurément passé sans m’en rendre compte. Après tout, qui est mieux placé pour faire découvrir un endroit que les personnes qui y vivent ? Un guide touristique ne vaudra jamais un « autochtone ».

Et pourtant, si vous demandez à des CouchSurfers s’ils préfèrent héberger ou être hébergés, la grande majorité vous répondra qu’ils préfèrent héberger ; c’est également mon cas. En fait, on se rend très rapidement compte qu’être hôte est un privilège. Car héberger quelqu’un, c’est l’occasion parfaite de faire découvrir votre ville (ou votre région) ; et par là même, de la redécouvrir vous même et de réaliser à quel point vous avez des raisons d’aimer la place où vous habitez. Beaucoup de personnes critiquent le lieu où ils habitent, simplement par habitude, par réflexe, par envie de se plaindre, sans même chercher à véritablement savoir ce qu’il s’y passe vraiment. En montrant à d’autres la région où vous vivez, c’est à vous même que vous la faites voir.

montreal J’aime Montréal. Alors j’ai grand plaisir à la montrer, à aider le monde à la découvrir, à la présenter. Mon plaisir n’est que plus grand encore quand, après quelques jours, j’entends Astrid, Marie ou Brandon s’interroger sur quand ils pourront revenir, la ville leur ayant tellement plu qu’ils en redemandent encore. Comment, dans ce temps là, ne pas être conscient de la chance que l’on a d’habiter une place aussi fantastique ?

Pour être heureux, il faut savoir apprécier ce que l’on a plutôt que de jalouser ce que les autres ont. CouchSurfing permet de faire un grand pas dans cette direction.

Évidemment, rien n’est parfait ; CouchSurfing ne déroge pas à la règle. Son principal défaut ? C’est également sa raison d’être : rencontrer des gens habitant à l’autre bout du globe. Ainsi, à plusieurs reprises, je me suis retrouvé à discuter avec des gens extrêmement passionnants jusqu’aux petites heures avancées de la nuit, en sachant qu’ils repartaient dans quelques heures ou quelques jours. Amitiés temporaires mais intenses, sources de nombreux échanges et de nombreux apprentissages. Une expérience que je renouvelle sans cesse avec grand plaisir !

Sur ce, il faut que j’aille chercher Camille à l’aéroport…

Notes – Pour plus d’infos et pour s’inscrire : http://www.couchsurfing.org (lien français : http://www.couchsurfing.org/index.html?user_language=fr)
Quelques données numériques sur Couchsurfing…
– 1 265 782 membres, dont 249 637 (19,3 %) sont présentement sur la route
– 1 276 575 hébergements réussis et 1 460 158 amitiés crées
– 232 pays
– 62 292 villes
– 1 270 langues (l’anglais est la langue la plus parlée, par 1 044 896 CouchSurfers ; le Manchou et le Lojban -respectivement 6 et 8- sont les langues les moins parlées).
– moyenne d’âge : 27 ans
– Montréal, avec ses 14 749 CouchSurfers est la quatrième ville la plus représentée dans le monde. La première en terme de rapport CouchSurfer par habitants.

11 Comments so far...

Lavande Says:

6 août 2009 at 11:42.

C’est bien sympathique et je crois qu’on va tenter l’aventure (au moins pour recevoir)…question de faire monter la moyenne d’age!
D’ailleurs si tu passes par Grenoble, on a un très bon canapé-lit… Ah bon, tu es au courant?

On a une amie qui a fait ça dans les pays scandinave et qui était ravie

Paul Says:

6 août 2009 at 13:18.

Seb m’a devancé en proposant ce texte car je comptais justement rédiger quelque chose sur le problème de l’hébergement pendant les voyages, notamment en cas « d’itinérance ». Le coût des solutions classiques devient exhorbitant, même lorsque l’on fait le choix d’un confort réduit. Par ailleurs, hôtel ou camping on n’a aucun contact « local ». Les chambres d’hôtes, lorsqu’il ne s’agit pas de « relais et châteaux » et autres manoirs pour bobos friqués, peuvent constituer une solution, intéressante sur le plan humain, mais toujours coûteuse. En Slovénie, par exemple, ce qu’on a trouvé de plus sympa c’était l’hébergement dans les fermes, demi-pension avec repas excellent très souvent. Le camping devient un « grand n’importe quoi » : jusqu’à 30 euro la nuit pour deux avec une tente en Slovénie ou en Autriche, pour avoir le droit de planter sa toile, de disposer d’un accès au wc et aux douches… Tarif par personne quelque soit le mode d’installation (canadienne, camping car ou caravane de cinquante mètres de long). Quant à l’hôtel, 60, 70, jusqu’à cent euro hors saison pour avoir une paire de draps et un toit pour la nuit… La recherche d’hébergements alternatifs est une bonne chose. De là à savoir si ça changera le monde, je ne sais pas, mais tout ce qui rapproche les personnes est une bonne chose. Il y a eu beaucoup d’espoirs aussi lorsque le mouvement des auberges de jeunesse s’est lancé à fond après la deuxième Guerre Mondiale… Beaucoup pensaient que cela ouvrirait beaucoup de portes.. Depuis les AJ se sont bien institutionnalisées. Une idée de chronique à creuser en tout cas, car beaucoup de militants, des gens remarquables, se sont investis là-dedans après la Résistance et il s’est passé beaucoup de choses sympathiques…
Nous les « Charbinois » de la Principauté de base, on n’est pas encore inscrits sur CouchSurfing, mais on considère que le blog peut être une porte ouverte et on accepte de discuter toute proposition (envoyer un mail privé histoire de ne pas encombrer les commentaires). On n’est pas forcément dispos mais on a de la place. Un coup de pouce contre une paire de draps, un coup de main contre un petit gueuleton, et plus si affinités !

Pourquoi Pas ? Says:

6 août 2009 at 14:40.

En l’occurence, le couchsurfing fonctionne aussi bien pour des charbinois à résidence que pour des charbinois en vacances. Après tout, pour un voyage en septembre, quelques expériences de couchsurfing pourrait se tenter.

Sinon, ce dont je n’ai pas du tout parler au niveau hébergement, mais qui se développe de plus en plus, et qui pourrait intéresser également les charbinois, c’est le wwoofing (de WWOOF – World Wide Opportunities on Organic Farms) : le principe, cette fois, est d’être hébergé en échange de services rendus, dans des exploitations bio. Je n’ai aucune idée par contre de la taille que le lieu d’accueil doit avoir. Mais peut être est-ce également une piste à creuser au charbinat.

Lavande Says:

6 août 2009 at 14:53.

Justement on vient de discuter avec quelqu’un dont le frère (20 ans) est parti en WWOOF en Suède. A priori le Charbinat ça parait moins exotique… quoique…on est toujours l’exotique de quelqu’un.

On aura des échos à son retour

Christine Says:

8 août 2009 at 10:36.

Les rencontres entre blogueurs ressemblent à du couch machin. On ne les connais que par internet, et un beau jour on va dormir chez eux, ils viennent dormir chez nous, on mange ensemble ou on boit un coup. Et c’est chouette. En effet, on est toujours l’exotique de quelqu’un.

Lavande Says:

10 août 2009 at 08:11.

Quand même, la troisième photo me fait un peu tiquer: n’est-ce pas (légèrement) l’exploitation de la femme par l’homme?

Lavande Says:

10 août 2009 at 13:20.

Le WOOF est dans le vent:

http://abonnes.lemonde.fr/culture/panorama/2009/08/10/cet-ete-je-wwoofe_1223708_3246.html

Lavande Says:

10 août 2009 at 13:29.

« Your comment is awaiting moderation. » ???

Si ton blog a peur que les liens du Monde soient subversifs, où allons-nous!!!!

Paul Says:

10 août 2009 at 13:42.

J’ai l’impression effectivement que les commentaires qui contiennent un lien ne passent pas « comme ça »… Je dois vérifier d’abord qu’il ne s’agit pas d’un lien vers un site de l’UMP, du CEA ou de la CIA. Bon j’ai vérifié, pas de pédophilie, ça peut passer !

Paul Says:

10 août 2009 at 15:38.

A part ça j’ai bien l’impression que le lien ne fonctionne pas pour les simples mortels qui ne sont pas abonnés au Monde…

Paul Says:

13 août 2009 at 20:17.

En tout cas, bravo pour ce billet. Comme le fait remarquer Xavier dans un mail perso, grâce à toi la « feuille charbinoise » a devancé « Le Monde » sur ce sujet de saison !

Leave a Reply

 

Parcourir

Calendrier

novembre 2017
L M M J V S D
« Avr    
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930  

Catégories :

Liens

Droits de reproduction :

La reproduction de certaines chroniques ainsi que d'une partie des photos publiées sur ce blog est en principe permise sous réserve d'en demander l'autorisation préalable à (ou aux) auteur(s). Vous respecterez ainsi non seulement le code de la propriété intellectuelle (loi n° 57-298 du 11 mars 1957) mais également le travail de documentation et de rédaction effectué pour mettre au point chaque article.

Vous pouvez contacter la rédaction en écrivant à