11 novembre 2011

Cartes postales du front, il y a (presque) un siècle

Posté par Paul dans la catégorie : les histoires d'Oncle Paul; Petites histoires du temps passé .

Première partie – 1914 / 1915

Les hasards de la vie font que, cet été, j’ai eu entre les mains deux témoignages intéressants sur la grande boucherie pompeusement baptisée « première guerre mondiale ». Le premier de ces témoignages est le récit autobiographique de François Bonnaud qui constitue une part essentiel du livre « Carnets de luttes d’un anarcho-syndicaliste » publié par les Editions du Centre d’Histoire du Travail ; le second c’est une collection de cartes postales et de lettres rédigées par mon grand-père, Casimir Lambert, adressées à son épouse, à sa petite fille (ma mère) ainsi qu’à ses parents. Je reviendrai sans doute sur l’ouvrage autobiographique passionnant de François Bonnaud, dans le cadre de « notes de lecture estivales » que je compte publier bientôt ; dans mon propos d’aujourd’hui, il me servira surtout de point de comparaison. Dans un premier temps, en effet, c’est de mon grand-père dont je voudrais vous parler. Ce qui me touche le plus, dans tous ces courriers, ce sont les mots qu’il a choisis pour décrire, ou plus exactement maquiller, l’horreur du quotidien vécu dans les tranchées, de 1914 à 1916. Cette année-là il quitte le régiment d’Infanterie Territoriale auquel il a été incorporé, pour joindre un régiment du génie, cantonné plus à l’arrière du front. Son état de santé, fortement dégradé, ne permet plus son maintien en première ligne. Malgré de longs mois passés à l’hôpital, il ne sera pas pour autant réformé. L’armée ne lâche pas ses recrues comme cela et elle le conservera « en son sein » jusqu’en février 1919, bien qu’il ait largement dépassé la quarantaine. Pour en revenir brièvement à la comparaison entre mon grand père et François Bonnaud, je dirai qu’il y a peu de points communs entre eux. Ils sont d’origine sociale assez différente et seul leur amour de la paix et leur dégoût de la violence et de la misère qui les entourent les aurait rapprochés alors. Si tous les deux évoquent, au fil des mots, leur révolte face à la situation à laquelle ils sont confrontés, le niveau de leur analyse politique n’est pas le même du tout. Mon grand-père ne remet pas en cause la légitimité du conflit dans lequel il est impliqué et quelques couplets franchement nationalistes viennent ponctuer ses plus longues missives.

Même s’il ne se déclare pas encore anarcho-syndicaliste, François Bonnaud témoigne d’un antimilitarisme assez violent, et n’a cesse de dénoncer, tout au long de son récit, les privilèges dont jouissent les haut gradés pendant que les poilus montent à l’assaut et se font décimer par milliers. Son journal de guerre débute en septembre 1916, lorsqu’il est incorporé au 4ème Zouave. En 1917, il est gazé et gravement blessé aux yeux, mais l’armée ne le lâche pas pour autant, lui non plus. En 1918 il est de nouveau au front, jusqu’à l’armistice.
Devenu sous-officier à la fin de la guerre, mon grand-père reconnait d’ailleurs à demi-mots ces privilèges, bien qu’il ne bénéficie que des plus modestes d’entre-eux. Disons que les conditions de vie à l’arrière du front lui paraissent d’autant meilleures qu’il a connu le pire dans les tranchées !

Mes parents sont maintenant tous les deux décédés – mon père étant parti le dernier au début du mois de juin – et comme souvent, dans de telles circonstances, cet événement entraine une plongée dans les archives familiales. A cette occasion, j’ai récupéré une bonne partie des documents provenant de la branche maternelle de mon ascendance : objets, souvenirs divers, photos et correspondance. Ces dernières m’intéressent particulièrement car cela fait plusieurs années que, dans le cadre d’un intérêt assez soutenu pour la généalogie, je cherche à reconstituer l’histoire de la famille – ne serait-ce que pour comprendre un peu mieux certains faits qui se sont déroulés dans le passé et leurs conséquences actuelles. Mon grand-père Casimir travaillait dans les Ponts et Chaussées, administration prestigieuse à l’époque (1900 – 1940) ; il a commencé sa carrière comme « agent voyer », pour la terminer « ingénieur ». Sans parler vraiment d’opulence, il a vécu toute sa vie dans une relative aisance – non celle d’un bourgeois de l’époque, mais celle d’un petit notable, jouissant d’une certaine considération et bénéficiant d’avantages matériels non négligeables, ne serait-ce qu’un emploi stable et un salaire régulier. Cette situation relativement favorable ne l’a pas empêché de subir, de plein fouet, la tragédie incommensurable qu’a représenté la guerre de 1914 pour les familles des pays impliqués dans ce pugilat quasi généralisé sur la planète.

Mon grand-père est né en 1875. A la déclaration de guerre, en août 1914, il est donc âgé de 39 ans et il a déjà eu le privilège de faire son service militaire – deux années sous l’uniforme – au début du siècle. Il s’est marié en 1908 et l’année suivante est née une petite fille, Yvonne, qui sera l’unique enfant du couple. Lorsque Casimir quitte le foyer familial pour profiter des joies du casernement, avant de connaître l’horreur des combats, sa fillette n’est donc âgée que de 5 ans. Pendant les deux premières années du conflit (les 22 premiers mois, en fait, selon son témoignage), il ne bénéficie que de 8 jours de permission et les échanges sentimentaux avec son épouse et son enfant vont se faire presque exclusivement de façon épistolaire. En 1915, sur le front d’Argonne, la cadence des échanges est élevée. Dans les boîtes de courrier, un premier tri m’a permis de reconstituer cette période de façon détaillée : une carte postale et/ou une lettre pratiquement chaque jour ou deux jours sur trois, aux mois de mars, avril et mai 1915, période particulièrement « noire » sur le front. Il est alors incorporé au 105ème régiment d’infanterie territoriale, et les combats atteignent un maximum d’intensité dans le secteur où il cantonne. L’objectif premier des courriers est simple : rassurer, dire, au jour le jour, qu’il est toujours vivant. La censure militaire, très rigoureuse, empêche tout envoi d’informations précises quant au lieu de résidence exact, aux opérations effectuées, aux pertes subies. L’objectif second est plus diffus mais me paraît être surtout de soutenir son propre moral en se convaincant de l’utilité du « travail » effectué (ce terme n’a pas été « inventé » par les GI américains ; les poilus l’utilisaient abondamment) et de la possibilité d’une victoire rapide. Les communiqués de l’état-major sont reproduits fidèlement dans les écrits de mon grand-père, non pas « mot pour mot », mais en conservant leur esprit triomphaliste : on parle de victoires russes prometteuses, de percées décisives sur le front (à l’Ouest, au Nord ou à l’Est, suivant l’inspiration du jour). Ces discours sont malheureusement pris pour argent comptant par les poilus qui espèrent encore une issue rapide au conflit, sous la forme d’une victoire écrasante sur l’ennemi, ce soldat « boche » que l’on estime totalement responsable de son propre malheur quotidien. Là aussi, le décalage avec François Bonnaud est indiscutable.

Au printemps 1915, les propos de mon grand-père sont plutôt « revanchards » et marqués par un nationalisme exacerbé, ainsi que je le signalais dans mon introduction. En cela, ils divergent clairement du récit autobiographique de Bonnaud. Il faut dire que dans un cas il s’agit de courriers envoyés au jour le jour et soumis à la censure militaire, dans l’autre de souvenirs mis en forme après guerre, même s’ils ont été construits à partir d’un journal de bord… Mon grand-père n’est d’ailleurs pas socialiste. Même s’il n’aborde jamais la question politique dans ses correspondances de l’époque, je sais, grâce aux souvenirs racontés par ma mère, qu’il était proche du parti « radical socialiste » (formation politique à laquelle a appartenu – entre autres – Georges Clémenceau, acteur de premier rang de la répression anti-syndicale pendant les années précédant la guerre). Quelques phrases jetées au hasard de sa correspondance, les jours où un certain pessimisme s’insère dans ses propos, montrent  en tout cas qu’il ne porte pas la guerre dans son cœur, pas plus que ceux qui en sont – à ses yeux – responsables.
Jusqu’en mars 1915, mon grand-père n’envoie que des courriers sur des feuilles de cahier, ou il utilise des cartes/messages pré-imprimées et fournies aux soldats par les bons soins de l’armée. A partir de mars (meilleure organisation ou volonté de diversifier ses envois ?), il achète visiblement les cartes postales en lot et alterne les lettres et les envois illustrés. Il est intéressant de suivre la thématique de ces cartes envoyées du front. En mars 1915, les premières présentent des paysages de l’Argonne, ou des vues des destructions opérées par les belligérants lors de la bataille de la Marne. En avril (35 cartes adressées à la famille), et en mai, je trouve beaucoup de vues « militaires », casernements, soldats en manœuvre, canon de 75 sous tous les angles, scènes de la vie quotidienne des « poilus »… En ce mois de mai 1915, Casimir semble bénéficier d’un certain « répit » dans les opérations. Il prend le temps de tailler et de rédiger une jolie carte sur un morceau d’écorce de bouleau, écrit les initiales du prénom de son épouse sur une feuille de chêne qu’il ajoure minutieusement… Lorsqu’il bénéficie d’un peu de répit, des lettres plus longues viennent s’intercaler entre les cartes postales.

« Guerre de 1914-1915 – Mes deux petites chéries…
Comme souvenir de mon séjour dans l’Argonne, je vous envoie ces mots sur un petit morceau d’écorce de bouleau. Vous le conserverez comme souvenir de cette année douloureuse où nous avons vécu séparés. J’y place mille baisers et toute l’ardeur de la tendresse que j’ai pour vous deux. Quand, plus tard, nous retrouverons cette écorce, elle nous rappellera qu’au milieu de ces arbres j’ai souvent souffert et laissé envoler ma pensée vers mes deux petites adorées.
Votre mari et papa qui vous aime bien »

Dans le même coffret « souvenirs », quelques mois plus tard, en août 1915, la carte postale réponse d’une petite fille de 6 ans… Cela fait déjà un an qu’elle n’a pas vu son père.

« Mon papa chéri
Je vais bien. J’embrasse souvent ta photo. Le temps me dure bien de te voir. Je pense tous les jours à toi. La petite Yvonne qui t’envoie mille bises et mille caresses bien douces. »

Pendant ce temps là, sur la ligne de front, les pertes du 105ème régiment envoyé au casse-pipe sont considérables. En principe, les Régiments d’Infanterie Territoriale, composés d’appelés âgés de 35 à 40 ans à la déclaration de guerre (c’est le cas de mon grand-père), ne sont pas engagés en première ligne. Les soldats de ces régiments doivent être employés à l’arrière du front, à des travaux de maintenance, de surveillance ou de garde d’ouvrages fortifiés. Compte-tenu des pertes des premiers mois de guerre, ce principe n’est pas appliqué et les soldats de l’infanterie territoriale sont engagés avec leurs camarades sur la ligne de front pour « boucher les trous » et pallier aux manques d’effectifs de certains régiments. Le 105ème régiment va stationner dès la fin de l’année 1914 et tout au long de l’année 1915 sur le front de l’Argonne, zone choisie par les Allemands comme ligne de repli après leur défaite à la bataille de la Marne. En 1916, il est engagé en Champagne, puis, en 1917, il participe à la bataille de Verdun, mais mon grand-père n’en fait plus partie. En mars 1916, il est incorporé au 6ème régiment du génie, une affectation plus « calme » et surtout en arrière des zones de combat…

Les cartes postales des années suivantes feront l’objet d’une seconde chronique dans quelques temps (pour l’instant je n’ai établi que le classement chronologique des documents pour cette seconde période). Si vous souhaitez vous remémorer les tristes événements de cette guerre, je ne saurais trop vous recommander la lecture de la BD de Tardi et Verney, « Putain de Guerre » en deux tomes. Un ami me l’a offerte récemment et j’ai trouvé fort intéressantes aussi bien la partie BD à proprement parler, que la partie rétrospective des événements.

Au dos de la carte de Casimir (fin mars 1915) : « Dans tous les cas, la grande victoire russe va certainement précipiter les événements et, d’ici peu, nous allons voir la guerre générale en Europe et la solution sera plus rapide. Voilà sept mois que nous sommes séparés. Comme c’est long et que le temps dure parfois. Pour les hommes de 40 ans c’est ce qui épuise le plus, se voir loin de tout ce que l’on aime le plus au monde c’est dur mais enfin c’est pour le bon motif. L’essentiel c’est qu’on puisse se revoir bientôt. Soignez-vous bien  ! Qu’Yvonne soit très sage et pense à son papa. Qu’elle apprenne bien à lire et à écrire et qu’elle ne fasse pas de misère à sa maman, à son grand-père et à sa grand-mère… »

12 Comments so far...

JEA Says:

15 novembre 2011 at 11:51.

En vous demandant d’excuser le retard involontaire mis à proposer ce bref commentaire.
– 20 photos de groupes avec des fantassins du 105e RI figurent sur le site http://www.chtimiste.com
ainsi que des extraits du journal de marche de ce régiment de Riom (14-15).
– Publié par l’ Imprimerie du Courrier du Puys de Dôme en 1920, un « Historique du 105e RI » a été numérisé en PDF
pour en prendre connaissance :
lc.ed.free-fr/Images/Historique/RI-105, pdf

Paul Says:

15 novembre 2011 at 15:45.

@ JEA – Merci pour ce commentaire et ces liens intéressants. Seul petit problème, ils concernent le 105ème RI et non le 105ème RIT (infanterie territoriale) sur lequel on a relativement peu écrit. Je m’en suis aperçu cet été en effectuant différentes recherches concernant le journal de marche de ce régiment. Cela n’enlève rien à l’intérêt des liens proposés qui proposent effectivement une quantité de documentation en ligne impressionnante. J’ai commencé à dépouiller les cartes postales et à travailler sur la « suite » de cette chronique, mais il me faudra sans doute quelques longues soirées d’hiver pour boucler !

François Says:

15 novembre 2011 at 18:09.

Merci Paul, pour cette vision différente (et touchante au niveau personnel) de la terrible boucherie que fut le Première Guerre Mondiale.

JEA Says:

15 novembre 2011 at 18:30.

D’abord en retard, ensuite nul ! La totale.
En Belgique, il n’y avait « que » des régiments d’infanterie. Pas de « territoriale ».
D’où ma lecture bancale. Et mon commentaire hors rible…

JEA Says:

15 novembre 2011 at 18:50.

Ni bourgeois, ni de Calais, je reviens néanmoins la corde au cou.
Une lecture :
– Etienne Grappe, Carnets de guerre 1914-1919, 52 mois sur le front, l’Harmattan, 2002, 207 p.
Le premier de ces deux carnets contient les notes de l’auteur portant l’uniforme du 105e RI Territoriale jusqu’au 1er juillet 1916 (avant mutation)…

Paul Says:

15 novembre 2011 at 19:51.

@ JEA – Une erreur de lecture n’entraine en aucun cas la « nullité » d’un commentaire, surtout lorsque celui-ci ouvre la porte vers d’autres lieux intéressants à visiter. C’est un peu l’objectif que je me fixe en rédigeant mes chroniques pour « La Feuille » : indiquer modestement des pistes vers d’autres horizons, qu’ils soient géographiques, politiques ou historiques. C’est un peu ce que je ressens aussi lorsque je lis vos articles sur « Mo(t)saïques »… Merci pour vos remarques donc. Je me hâte de chercher l’ouvrage dont vous donnez les références. Malgré l’abondance de données, il y a en effet pas mal de « trous » dans la correspondance de mon grand-père et, maintenant que j’essaie de reconstituer le fil, tout élément complémentaire me parait intéressant !

Paul Says:

15 novembre 2011 at 19:57.

@ François – La boucherie qu’a été la guerre de 14/18 (comme beaucoup d’autres conflits avant et après) m’a inspiré pendant longtemps une telle horreur que je ne m’y suis intéressé que superficiellement. Je savais bien entendu que mon grand-père paternel était mort dans les premiers jours du conflit (j’en parle brièvement dans une autre chronique car je possède peu d’informations à son sujet) et que le grand-père maternel dont je parle ici a subi longuement les séquelles de ce séjour prolongé (j’en parlerai dans la suite de mon récit) et bien involontaire, sous l’uniforme. Pour moi, 14/18 c’était aussi la guerre qui avait mis fin aux espérances de changement de vie de tout un courant important du mouvement ouvrier. Disons que la découverte de tout ce lot de cartes et de son contenu, a provoqué l’envie d’approfondir mes connaissances, non sur le détail des événements, mais sur ce qui se passait dans la tête de tous ces « poilus » appelés à risquer leur vie pour défendre des intérêts qui n’étaient pas les leurs…

Lavande Says:

15 novembre 2011 at 22:56.

Très émue de (re)découvrir la photo et les cartes de « notre » grand-père pour lequel j’avais une grande affection et admiration lorsque j’étais enfant et qu’il me prodiguait la même douceur et la même attention que celles que l’on ressent dans les textes de ses cartes.
Il aurait été bien fier si on lui avait dit qu’il figurerait un jour dans le blog du petit Paul qu’il n’a pas connu très longtemps.

François Says:

16 novembre 2011 at 09:12.

@Paul Je comprends tout à fait. C’est un sujet que j’ai de la peine à aborder aussi, tant j’en suis horrifié.

Grhum Says:

17 novembre 2011 at 22:51.

Émouvant ce message écrit sur l’écorce. Je crois que l’on a du mal à réaliser malgré tous les récits précis des historiens sur les conditions de vie des poilus sur le front l’enfer qu’ils ont du endurer au quotidien.
Ma maman possède également une collection de cartes postales du même style (mais je ne me souviens plus très bien si elles provenait de son grand-père ou d’un grand-oncle). Le choix des cartes était toujours des photos de villages dévastées par la guerre.
Je pense que la rédaction de ces courriers devaient les aider à tenir moralement. Penser à la famille devait être le meilleur moyen de tenir le coup psychologiquement, une petite étincelle à laquelle se raccrocher pour ne pas perdre l’espoir d’en finir un jour avec cet enfer.

Paul Says:

18 novembre 2011 at 09:21.

@ Grhum – Je pense que la dernière phrase de ton commentaire traduit tout à fait la réalité du vécu, si j’en juge par ce que j’ai pu lire à travers les centaines de cartes et de courriers que j’ai parcourus. La demande est grande aussi de recevoir des nouvelles de la famille ; il y a souvent des reproches gentiment formulés mais qui traduisent ce besoin : « tu ne m’écris pas assez souvent ». Il semble que le courrier circulait mieux dans le sens soldat –> famille que dans l’autre. Pas mal de lettres envoyées par les « civils » n’arrivaient pas toujours à destination…

Paul Says:

26 novembre 2011 at 08:45.

@ JEA – J’ai suivi vos indications. J’ai acheté et reçu les carnets d’Etienne Grappe. il ne me reste plus qu’à les lire. Ce qui est certain c’est que cela va m’aider à progresser dans la lecture des documents écrits laissés par mon grand-père. Le fait que le témoignage d’Etienne Grappe soit rédigé sous la forme d’un journal va me permettre de mieux localiser et de rétablir l’ordre chronologique des opérations auxquelles a participé le régiment. Merci donc pour ce coup de pouce !

Leave a Reply

 

Parcourir

Calendrier

août 2018
L M M J V S D
« Juin    
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728293031  

Catégories :

Liens

Droits de reproduction :

La reproduction de certaines chroniques ainsi que d'une partie des photos publiées sur ce blog est en principe permise sous réserve d'en demander l'autorisation préalable à (ou aux) auteur(s). Vous respecterez ainsi non seulement le code de la propriété intellectuelle (loi n° 57-298 du 11 mars 1957) mais également le travail de documentation et de rédaction effectué pour mettre au point chaque article.

Vous pouvez contacter la rédaction en écrivant à