20 octobre 2008

La « plouc attitude » (®)

Posté par Paul dans la catégorie : Boîte à Tout .

La feuille charbinoise, souhaitant, comme toujours, être le fer de lance des « tendances » de la rentrée, vous propose la « plouc attitude », un concept tout aussi novateur que désopilant… Absolument navrés de ne pas avoir été les promoteurs de la tecktonic, il est clair que cette année nous ne louperons pas le coche. Voici donc quelques conseils pour être complètement à la masse (ou à la ramasse). Je vous propose quelques exemples pour mieux comprendre la philosophie profonde de la « plouc attitude » ; grâce à ces quelques lignes, tous les lecteurs de « La feuille » resteront « branchés ». Allonzy donc.

Un petit tour sur internet d’abord. La plouc attitude consiste à se pointer sur un forum littéraire, animé par des agrégés de français, et y proclamer, sans préambule particulier, que Gustave Flaubert était un précurseur puisqu’il a inventé la littérature de hall de gare au moment même où les premières locomotives à vapeur entrainaient des wagons de voyageurs sur les rails. Le premier émoi passé, on se contente alors d’ajouter que, de toute façon, on ne lit que des bandes dessinées et que l’on préfère « sœur Marie-Thérèse des Batignolles » à Emma Bovary. Une fois l’émulsion créée, on change de forum, on va sur un site consacré à la défense des amphibiens, mais l’on surveille les actualités du coin de l’œil pour savoir si l’on n’aurait pas réussi à provoquer la désagrégégation d’un ou deux beaux parleurs (de ces gens qui aiment à gloser au sujet de leur nombril)… En cas d’échec de la première tentative, on peut revenir quelques temps plus tard sur le même forum, en changeant de pseudo, pour s’interroger (par clavier interposé) sur l’homosexualité éventuelle de Souvestre et Allain et se demander si l’on trouve des marques de cette tendance dans la manière dont le commissaire Juve appréhende ses relations avec l’ignoble Fantômas. Ce genre de questionnement est particulièrement intéressant à développer lors d’une discussion un peu coincée sur l’œuvre de Claudel ou sur la place de Julien Sorel dans le drame stendhalien… Retour au forum de défense des amphibiens où l’on pourra donner un tour plus littéraire aux échanges en suggérant le fait que le même Julien Sorel était un ennemi des crapauds sonneurs à ventre jaune : « dans un paragraphe censuré du Rouge et du Noir, Stendhal racontait de quelle façon l’ignoble créature s’amusait à les faire écraser par les pattes de son cheval frison ».

Les musiciens aussi adorent les propos très à propos. Sur un forum « musique classique », vous ne manquerez pas de demander « quand est-ce qu’on aura enfin une version « rap » des concertos de Schubert ». Dans un groupuscule d’afficionados du jazz, vous pouvez proférer des propos du genre : « j’adore le jazz comme bruit de fond lorsque je fais mes courses à Carrefour ! » Profitant de l’état de stupeur dans lequel seront plongés vos lecteurs, vous pourrez compléter par : « La dernière fois que j’ai entendu jouer Thelonious Monk (ou n’importe quel jazzman dont le nom vous traverse l’esprit), j’étais au rayon nurserie ; pris par l’ambiance, j’ai acheté douze paquets de change complets alors que je n’ai pas d’enfant ! » Autre suggestion : « ce que j’aime chez John Coltrane ce sont les sonorités très inventives qu’il tire de son instrument ; on dirait qu’il a rempli son saxo avec de la purée mal délayée ». Evidemment, vous ne balancez pas ce genre de sentence immédiatement. Vous commencez par participer un peu à la discussion en énonçant quelques propos paraissant intelligents ou du moins complaisants. Il faut ménager les musiciens : ce sont des gens beaucoup plus sensibles que les philosophes de comptoir ou les désagrégés de lettres ultra modernes. Vous en avez assez de la virtualité et de la toile ? Adoptez la « plouc attitude » dans la vraie vie avec les vrais gens !

En effet, la plouc attitude ne témoigne pas de ses bienfaits que dans les derniers salons où l’on cause sur internet. Elle peut aussi s’exercer dans divers autres domaines, tel celui de la politique. Beaucoup de groupuscules sont en fait très ouverts sur l’extérieur car il est difficile de faire un cercle à deux et encore plus de s’y disputer sauvagement les meilleures places. Vous n’aurez donc pas de mal à vous faire inviter à une petite soirée sympa. Après avoir pinaillé deux heures pour établir l’ordre du jour, vous quittez la réunion en commentant ainsi : « très intéressant votre séminaire, mais j’ai mes haricots à ramasser ». Je l’ai essayé autrefois et on peut dire que ça laisse des traces… Un lieu vraiment idéal pour mettre en œuvre la « plouc attitude », ce sont les réunions d’écologistes. Ce sont, en général, des gens très croyants, d’ascendants luthériens et convaincus du fait que si la pomme qu’a croqué Adam n’avait pas été traitée, les choses iraient bien mieux sur notre petite planète. Imaginons, au hasard, une réunion des Verts dont le thème est, au hasard, désigner le prochain candidat à la prochaine élection qui aura lieu prochainement. Ce genre de réunion n’est pas difficile à dégoter. Quand tout le monde se sera bien chamaillé, on peut placer une remarque anodine : « si on choisissait le plus mignon à poil ? »

Pour équilibrer, vous pouvez profiter d’un voyage en Italie pour vous rendre à une réunion de la Ligue du Nord et vous leur expliquez que vous êtes délégué par la « Ligue française pour la scission généralisée jusqu’au niveau moléculaire », en précisant (car certains risquent de ne pas suivre le film) qu’il y a des globules qui bossent moins que d’autres (en particulier les rouges) et que votre mouvement propose que l’on pratique la transfusion sanguine généralisée. Bien sûr, vous disposez d’importantes réserves de sang aryen congelé… En particulier, une éprouvette de choix soutirée à J.H. juste après son dérapage incontrôlé. Du côté des féministes de l’Hexagone, vous pouvez aussi suggérer comme action exemplaire le fait de débaptiser une quelconque avenue Jean Jaurès (ce macho) pour la rebaptiser « avenue Condoleeza Rice », cette femme noire américaine si courageuse qui a tant fait pour la libération de ses sœurs afghanes et irakiennes. Avec un peu de chance, vous trouverez quelques militantes pour vous accompagner dans votre action commando !

Bien sûr, ce qui serait un « must » et vous permettrait de figurer au livre d’or de la « plouc attitude », c’est de vous faire inviter, en tant qu’expert, sur ARTE ou sur France 2 pour tartiner quelques formules bien senties sur la crise économique passée, présente et à venir. Là vous disposez d’un champ d’improvisation formidable. Le seul problème pour cette épreuve, c’est d’arriver à faire plus débile que les spécialistes ayant déjà défilé massivement sur le plateau des différentes chaînes. Il va falloir frapper fort, du genre « à Wall-street, certains traders sont tellement désorientés qu’ils ont remplacé leur écran d’ordinateur par celui de leur Game Boy, du coup les marchés respirent » ou, dans un autre style, « la ministre de l’économie a tenu à rassurer les épargnants en leur expliquant que ce n’est pas pour rien que les Caisses d’Epargne ont choisi l’écureuil comme symbole. Ce terrible rongeur ne se fait jamais piquer une noisette… » Si l’on ne vous a pas encore coupé le micro, vous pouvez ajouter que « Coluche était le meilleur économiste de tous les temps puisqu’il était le seul à savoir vraiment combien durait une fin de mois » et que « plus le temps passe plus notre président a la prestance d’un Honoré de Balzac, à moins que ce ne soit celle d’un Savorgnan de Braza ».

Je vous conseille par contre d’éviter toute plaisanterie douteuse sur deux sujets particulièrement délicats à traiter dans les médias : la politique israélienne et les attentats du 11 septembre. Personne ne vous a demandé de jouer au super héros… Dans ce domaine là, le mieux, si vous tombez dans une embuscade, c’est de déclarer que, premièrement « Israël est un eldorado pour les Palestiniens » (sans trop en rajouter) et que deuxièmement, « jamais il n’y a eu, dans l’histoire, de crime aussi lâche et aussi sanglant, que la destruction de ces deux flambeaux de l’éternelle Amérique ». Vous pourrez juger de vos talents de comédien en fonction du contenu de l’éditorial paraissant dans le numéro suivant de « Charlie Hebdo ». Si vous n’êtes pas sûrs de vous, le mieux alors c’est d’aller parler de la politique de Tel Aviv dans un journal israélien, la liberté de ton est beaucoup plus grande et vous pourrez surveiller un peu moins vos paroles…

Une dernière chose après tous ces efforts : si la « plouc attitude » vous convient, il est grand temps d’adhérer au FARC, le Front Anarcho Rural du Charbinat. Ça tombe bien, suite à un « incident de marché », il se trouve que notre organisation a besoin d’oseille bien fraîche pour nourrir ses ambitieux projets ! Adressez vos chèques virtuels et vertueux à « lafeuillecharbinoise@orange.fr ». Nous publierons l’adresse de l’auteur du plus gros chèque ainsi qu’une localisation de son appartement sur google map !

Haricots, Patates & Happyness

4 Comments so far...

fred Says:

20 octobre 2008 at 12:50.

plutôt que la « plouc attitude », tu dresses le portrait de la « troll attitude » bien connue sur tous les forums ! A ce titre, et à ma très grande surprise d’ailleurs, le forum le plus « hard » sur lequel je n’arrête pas d’être pris à partie, est un forum consacré aux BD de Super Héros !!!! Comme quoi …

Paul Says:

20 octobre 2008 at 13:16.

Il y a quelque chose du troll effectivement dans la « plouc attitude » – le choix de la première image n’est pas innocent – mais pas seulement. J’y reviendrai sûrement un jour. Ce que je peux dire en tout cas c’est que j’ai une furieuse envie de mettre dans un paquebot miné tout un tas de gens dont l’attitude me gonfle : notamment toutes ces baudruches, gonflées par leur vacuité, qui hantent les médias, encombrent le débat politique et nous prennent la tête avec leurs passions exclusives… Le plouc est plus sélectif dans le choix de ses victimes et n’ira, par exemple, jamais f… le b… sur des blogs aussi intelligents que « la feuille charbinoise » dont la modestie est réputée au delà des limites de l’univers !!!

Pascaline Says:

20 octobre 2008 at 22:05.

PLOUC ATTITUDE ADVANCED

Le plouc est solidement campé sur un sol non goudronné, élastique, et il ne le foule que s’il ne risque pas de le tasser.

Pour moi, la plouc attitude est à l’opposé de l’attitude snob et urbaine. C’est donc celle du bouseux qui ne craint pas d’avoir de la terre au bas de son jean, parfois même du fumier, ni de porter des bottes en caoutchouc. Il n’est pas à l’écoute des tendances, justement, il s’en fout. Remplacer son tracteur par un plus gros tout neuf, c’est pas son truc (ni son pick-up truck pour ceux qui lisent Hillerman).

Ses préoccupations sont terriennes et terreuses, à savoir l’interminable liste de tout ce qu’il doit faire avec ses mains sales pour que sa terre soit heureuse et le lui rende.

Il n’est pas n’importe quel paysan, tendance confédération bien plus que FNSEA. Plutôt que paysan, il est non-urbain. Humble et modeste, il ne la ramène pas.

Si vous en trouvez un, allez-y doucement, il peut se montrer timide, et ne tentez pas de l’empailler pour décorer votre cheminée, il ne mérite pas un tel traitement.

leirn Says:

29 octobre 2008 at 21:40.

J’aime énormément les exemples fournis pour aller papoter sur les forums. Actuellement, je modère une liste de gens très sérieux, particulièrement sobres en humour et hermétiques à l’auto-dérision dont certains sont des chieurs finis… alors, forcément, ça me tente…

Leave a Reply

 

Parcourir

Calendrier

novembre 2017
L M M J V S D
« Avr    
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930  

Catégories :

Liens

Droits de reproduction :

La reproduction de certaines chroniques ainsi que d'une partie des photos publiées sur ce blog est en principe permise sous réserve d'en demander l'autorisation préalable à (ou aux) auteur(s). Vous respecterez ainsi non seulement le code de la propriété intellectuelle (loi n° 57-298 du 11 mars 1957) mais également le travail de documentation et de rédaction effectué pour mettre au point chaque article.

Vous pouvez contacter la rédaction en écrivant à