24 janvier 2013

bric à blog verglacé

Posté par Paul dans la catégorie : Bric à blog .

Le deuxième « bric à blog » du mois ! C’est du surmenage… Vous croyez qu’il y en aura un en février ?

Le deuxième bric à blog de ce mois-ci va avoir du mal à échapper à l’actualité et risque donc d’être plus politique que jamais… Mariage pour tous, guerre au Mali, licenciements en série, 2013 débute très fort, maintenant qu’on a échappé temporairement à la fin du monde. Désolé pour la frange de mon électorat qui ne s’intéresse qu’aux liquidambars, aux chansons populaires et aux recettes de tartiflette. Malgré le verglas, on va voyager. Cela ne nous empêchera pas de revenir plus tard aux plaisirs terrestres.

 Sur le mariage pour tous, et surtout sur la PMA, quelques liens qui ont le mérite d’ouvrir le débat de façon intelligente et de faire entendre un son de cloche légèrement différent de ce que l’on entend actuellement que ce soit du côté des jupes plissées et chemises blanches, ou celui des chevelus barbus. Le premier texte provient d’un blog du Monde intitulé « Droits des enfants ». Le second provient du blog de Fabrice Nicolino et reprend un éditorial de la revue l’Ecologiste. Encore une affaire pour laquelle la position « mitigeur » du robinet ne semble pas fonctionner. L’eau est soit froide, soit chaude et on ne tient pas compte de toutes les mains qui passent sous le robinet. La position de la Ligue des Droits de l’Homme, exprimée dans un texte intitulé « La République, c’est pour toutes les familles« , me paraît une réponse équilibrée aux inquiétudes intelligentes exprimées dans les deux premiers articles cités. Je vous propose les liens vers ces différents articles, non parce que j’adhère entièrement aux propos de ceux qui les ont rédigés, mais parce qu’ils me paraissent fournir des éléments de débats, relativement dépassionnés et donc propices à la réflexion.
J’avoue, très honnêtement, avoir du mal à élaborer une position aussi tranchée que celle exprimée par certains, même s’il est clair que je rejette en bloc l’hypocrisie des conservateurs de tout poil qui ont défilé un certain dimanche. Quels sont les facteurs qui m’amènent à nuancer mon discours ? Je pense qu’il y a principalement deux raisons que je vais essayer d’expliciter sommairement.

 D’une part le mariage n’a jamais constitué, à mes yeux, un enjeu digne d’intérêt, mais je comprends tout à fait que l’ensemble d’une population veuille bénéficier des mêmes droits – c’est bien le minimum exigible. Je ne vois aucun problème non plus en ce qui concerne l’éducation des enfants par un couple homosexuel… Je dirai même – en me plaçant du point de vue de l’enseignant que j’ai été pendant longtemps – que cela ne peut être pire que dans nombre de ces couples hétérosexuels que l’on nous cite sans arrêt en exemple. Il semble souhaitable en tout cas que l’enfant, dans son intérêt, puisse bénéficier pour son éducation de « référents » nombreux en dehors de ses parents génétiques. Une vie familiale, intelligemment organisée, en réseau ou en communauté, peut permettre de contrebalancer les carences éducatives de la cellule familiale classique, et autorise la personne centrale du débat, l’enfant, à avoir le choix de la ou des personne(s) avec lesquelles il désire avoir une relation privilégiée.
D’autre part, l’adoption pose un certain nombre de problèmes, souvent esquivés, et ce quel que soit le sexe des adoptants. On ouvre à l’occasion de la polémique que suscite le texte de loi en cours d’élaboration, un débat qui couvre une champ beaucoup plus large et qui aurait mérité d’être ouvert depuis longtemps et pour l’ensemble des publics concernés par la question. J’y reviendrai plus en détail un jour, quand mes propres idées seront un peu plus limpides.  Je suis très sensible au discours selon lequel l’enfant ne doit pas être considéré comme un bien marchand, que l’on acquiert, au même titre qu’une voiture ou un écran plat, pour combler le désir individuel et social de constituer une cellule familiale épanouie… Je me méfie aussi beaucoup des références constantes à la « Nature » avec un grand N… Les décisions qui ont été prises en s’y référant de façon plus ou moins intelligentes, n’ont pas toujours été brillantes.
Pour conclure, temporairement – j’en suis conscient – sur ce chapitre, je vous propose aussi un article paru en novembre dernier sur RUE 89, intitulé « Adoptée, il ne me viendrait pas à l’idée de parler au nom des autres« . Quand je vous dis que le débat doit prendre en compte tous les points de vue.

Deuxième dossier brûlant de l’actualité :  le Mali. Sur ce point là, l’Union Sacrée semble presque réalisée… Comme d’habitude c’est le « presque » qui m’intéresse et donc les voix divergentes du consensus médiatico-politique. Des voix, on peut en trouver parfois qui surprennent, comme la position de Dominique de Villepin, baron déchu du régime précédent, qui exprime, pour une fois, une opinion que je trouve intelligente et bouleverse un peu le traditionnel clivage droite/gauche. Son discours mérite d’être lu, même si, rassurez-vous, il n’a pas encore viré dans l’anarcho-pacifisme (Je sens que cette référence à Villepin ne va pas plaire à tout le monde – tant pis, j’assume).
Patrick Mignard a le mérite dans un court billet intitulé « la formule magique » de rappeler que la mobilisation de l’opinion sur une guerre extérieure au pays et pour une « juste » cause, est l’une des tactiques de base utilisée par les gouvernants pour distraire les citoyens de la gravité des problèmes intérieurs. Sans aller plus loin dans l’analyse, comment un pays « en difficulté financière », comme la France, envisageant mesure d’austérité sur mesure austérité, peut-il se payer le luxe d’une guerre d’intervention en Afrique ? Les raisons sont multiples, outre le mérite d’amuser les guignols : l’uranium qui permet à notre pays d’assurer son « indépendance énergétique », en est sans doute une bonne ainsi que le rappelle SuperNo dans une chronique reprise par Altermonde, intitulée « war for uranium« . Dans le Nord du Mali, nous sommes en plein cœur du problème, il suffit d’observer une carte détaillée des ressources du coin. Ce n’est pas un hasard si le personnel d’Areva figure parmi les otages qu’AQMI prend un plaisir sadique à capturer. Pour compléter l’article de SuperNo, on peut lire aussi « Des Islamistes très utiles au pouvoir français« , texte de Stéphane Lhomme qui dirige l’Observatoire du nucléaire. Notons au passage que Stéphane Lhomme est assigné à comparaître le 1er février pour avoir dénoncé la corruption d’Areva au Niger.
Intéressant aussi de savoir qui se cache derrière ces initiales AQMI. Les bandes de miliciens armés qui se sont emparés du Nord du Mali, bénéficient d’un armement relativement sophistiqué. Ce matériel leur a été généreusement distribué au moment du conflit… en Lybie. Là encore, la lecture d’une carte est précieuse. Je ne mets pas en doute leur fanatisme religieux, mais je pense que d’autres motifs poussent ces bandes armées à l’action. Il faut dire que le découpage post-colonial des frontières de tous les pays du secteur ne se prête guère à une unité quelconque des populations. Les Touaregs du Mali pourraient bien faire les frais de l’opération en cours, leurs velléités d’indépendance n’étant guère appréciées ni par un parti, ni par l’autre.
En guise de conclusion, là aussi temporaire, sur le Mali, je vole cette jolie petite phrase au confrère du blog les Cénobites Tranquilles : «vous avez aimé Tintin au Congo, vous allez adorer Flanby au Mali !». Nous sommes visiblement sur la même longueur d’onde sur la question.

 Ces jours-ci le sable du désert et les flocons de neige recouvrent peu à peu les problèmes environnementaux « mineurs » dans les médias. On ne parle plus guère de l’opposition à l’aéroport de NDDL ou des autres projets pharaoniques de ce gouvernement au service des grandes entreprises. Le gaz de schiste hiberne (au moins dans l’agenda des journalistes) ; quant au nucléaire, il n’irradie plus que par intermittence. A signaler quand même cet article intéressant paru dans Rue 89 au sujet de notre bon vieux CNRS et de l’accident de Fukushima. Décidément le lobby nucléaire ne recule devant rien pour faire de la propagande, y compris à faire passer comme « données scientifiques » des chiffres qui sont loin de faire consensus dans la communauté des chercheurs. Thierry Ribaud, chercheur au CNRS, en poste au Japon, annonce clairement qu’il se dissocie des auteurs du dossier sur le nucléaire rendu public ce mois-ci par le CNRS. Il n’est pas question pour lui de corroborer les affirmations de certains de ses collègues. Je cite : «Dans ce dossier «  scientifique  » aux desseins animés, les affirmations dénuées d’argumentation et prenant des allures d’évidences indiscutables sont légion…» Il qualifie même ce document de «parodie de dossier scientifique» et ses arguments à lui sont parfaitement étayés. Bref la vérité ne sort pas toujours des jolies animations distrayantes : l’enfumage continue ! Il faut dire que la pilule nucléaire devenant de plus en plus difficile à avaler, il faut du sucre glace en quantité pour l’enrobage !

 J’ai trouvé très intéressant cet article sur la biochimie du pouvoir, rédigé par J.M. Traimond, sur le site libertaire belge Divergences : « ce que le pouvoir fait au cerveau…« . Lisez le attentivement et vous en tirerez deux avantages indiscutables. Premièrement vous serez moins bêtes après qu’avant, si vous êtes aussi incultes dans le domaine que je le suis. Deuxièmement, vous pourrez libérer sans crainte les pulsions anti-autoritaires qui dorment – je n’en doute pas – dans votre moi profond. Autre conséquence possible, cela vous donnera peut-être envie de vous replonger, comme je vais le faire, dans certains des ouvrages d’Henri Laborit qui a pas mal travaillé sur la question. Plus sérieusement, cet article est en quelque sorte une fiche de lecture de l’ouvrage « The winner effect » de Ian Robertson. Ce Monsieur n’est pas n’importe qui puisqu’il est professeur au Trinity College de Dublin. Mes lecteurs/trices les plus assidus/es savent à quel point je vénère la « Long Room », bibliothèque de cette vénérable institution. Certes, cela n’a aucun rapport, mais tout le plaisir était pour moi… L’introduction pour vous mettre l’eau à la bouche ? Allez, je cède à la pression :

«Le pouvoir est une drogue. Ceci n’est pas une métaphore, mais une constatation médicale. Le pouvoir entraîne accoutumance et dépendance, comme l’héroïne, comme la cocaïne. Le pouvoir, réalité sociale, modifie la réalité biologique, hormonale et neuronale des personnes qui en ont. Une personne dépendante a sans cesse besoin de ce dont elle dépend. Peu à peu, la quantité ou l’intensité de ce dont elle dépend doit augmenter pour retrouver le même plaisir. Il faut donc de plus en plus de pouvoir à la personne qui dépend du plaisir procuré par le pouvoir. La victoire déclenche la même accoutumance que le pouvoir. Gagner déclenche de puissantes décharges de testostérone et de dopamine. Les conséquences politiques sont claires : écraser autrui procure du plaisir, un plaisir addictif.»

 Envie de promenade par ces temps de grisaille : deux adresses alors devraient vous convenir… L’inépuisable Zoë en voyage à Venise dont elle parle et montre les images avec son talent et sa verve habituelle ; les pérégrinations hivernales de notre fiston voyageur, de Munich à Milan en passant par Prague (un long arrêt) et Rome (autre séjour prolongé). Les reportages photos sont – en toute objectivité impossible – somptueux, avec une mention particulière pour les 12 panoramiques pour 12 jours. Prenez la peine de lire aussi : les observations au fil du chemin fort intéressantes à découvrir. Je ne saurais que partager les considérations sur le charme du voyage en train et le regret du prix du billet pour la solution ferroviaire, toujours la plus onéreuse.

NDLR – Illustrations
« la terre est plate » : la photo provient du site Divergences2, plus précisément du blog de Maya le Maner. « le p’tit train jaune de Tchéquie » : la photo provient du blog familial « Rue du Pourquoi Pas » (photo Sébastien Chion). Le dessin « ils sentent bon le sable chaud » est emprunté au blog de Patrick Mignard « Fédérer et Libérer« .

6 Comments so far...

JEA Says:

24 janvier 2013 at 18:16.

je vis dans un royaume où n’est toujours pas obtenue la séparation entre l’église et l’état
mais où les homosexuels peuvent se marier et avoir des enfants depuis dix ans
c’est ça le surréalisme à la belge

Paul Says:

24 janvier 2013 at 20:12.

@ JEA – Quant au crétinisme à la française, je crois que la première photo de la chronique l’illustre bien ! Souhaitons que les pays qui ont des acquis démocratiques supérieurs aux nôtres ne régressent pas…

JEA Says:

25 janvier 2013 at 08:25.

autre facette du surréalisme à la belge :
l’actuel premier ministre est homosexuel et la veuve (espagnole) du roi Baudouin est copine de l’Opus Dei…

Zoë Lucider Says:

26 janvier 2013 at 23:11.

Merci cher Paul pour ces divers éclairages sur une actualité décidément effarante. Le « mariage pour tous » quelle formule! Le droit à l’enfant me sidère. Si les enfants avaient tous les mêmes droits quels que soient leurs parents, leur niveau social et leurs afinités sexuelles, on n’aurait pas à discuter. Quant à la GPA, j’en exècre le principe. Les margoulins intercesseurs dans la location de ventres n’ont pas fini de proliférer. Le Mali aie aie aie!
Le voyage du fiston en revanche, magnifique!

Paul Says:

27 janvier 2013 at 12:06.

@ Zoë – Transmis le compliment à l’intéressé. Merci !

Pourquoi Pas ? Says:

30 janvier 2013 at 01:57.

Et l’intéressé remercie pour le compliment 🙂

Leave a Reply

 

Parcourir

Calendrier

avril 2018
L M M J V S D
« Mar    
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
30  

Catégories :

Liens

Droits de reproduction :

La reproduction de certaines chroniques ainsi que d'une partie des photos publiées sur ce blog est en principe permise sous réserve d'en demander l'autorisation préalable à (ou aux) auteur(s). Vous respecterez ainsi non seulement le code de la propriété intellectuelle (loi n° 57-298 du 11 mars 1957) mais également le travail de documentation et de rédaction effectué pour mettre au point chaque article.

Vous pouvez contacter la rédaction en écrivant à