2 mai 2014

En mai, un Bric à Blog un peu désabusé mais sans jeux de mots laids

Posté par Paul dans la catégorie : Bric à blog .

Sans jeux de mots laids… ? Enfin je vais essayer parce que c’est le genre de défis dont je triomphe rarement. Désabusé car il n’y a rien de bien réjouissant – il faut le dire – dans une actualité où les bruits de botte résonnent de plus en plus fort à nos oreilles. J’en suis à me demander si mes concitoyens d’ici et d’ailleurs (les frontières n’ont guère d’importance) ne deviennent pas de plus en plus masos. Tous ces comportements m’inquiètent, que ce soit de considérer comme une nouvelle positive l’arrivée à Matignon de « l’ami des Roms », d’en venir à souhaiter le retour sur la scène politique du « fan club du Fouquet’s », ou de se choisir un maire d’extrême droite histoire de « renouveler la vie politique communale » (sic). Ailleurs ce n’est pas mieux… Les dictateurs en herbe pullulent et peinent de plus en plus à contenir leur hystérie totalitaire. Le nouvel hymne européen pourrait sans doute être : « fais moi mal chéri, fais moi mal… mais entraine toi d’abord sur les immigrés ». Ah le bon vieux temps de Pétain…

emprunte-consomme A ceux qui pensaient que les hommes politiques démocratiquement élus avaient encore une marge de manœuvre pour contrer banques et industriels tout puissants, les événements récents démontrent le contraire. A ce sujet, je trouve l’analyse de Patrick Mignard fort intéressante. L’article intitulé « Rationalité économique et logique politique » est bref et pertinent, trop limpide peut-être pour être accepté par certains. Tout un arsenal de lois répressives est là, juste sous la main des futurs dirigeants populistes : ils n’ont plus qu’à l’appliquer à la lettre pour verrouiller les réseaux sociaux, faire inculper de terrorisme tous ceux qui remuent encore l’oreille gauche, contrôler un peu plus des médias qui s’autocensurent déjà avec efficacité… Souriez d’un air béat, vous êtes déjà filmés, fichés, enregistrés, traqués… y compris par les sites commerciaux qui se font une joie d’exploiter notre tempérament de moutons. Lisez donc cet article, signé Yves Eude, sur le Monde : « comment notre ordinateur nous manipule« . Il illustre fort bien mes inquiétudes, même si je pense qu’il ne fait que dévoiler la partie la plus visible de l’iceberg.

break_the_chains_of_debt-36447 En matière d’écologie, et surtout d’écologie sociale, beaucoup de choses passionnantes ces derniers temps à lire sur les sites de « Basta ! », « Reporterre », Utop’lib et « Altermonde » qui sont mes références les plus fréquentes en matière d’infos. Je visite aussi de temps à autre « Terraeco » ainsi que le site de la « Confédération Paysanne » et celui de « Via Campesina », Mouvement Paysan International. Reportez vous à ma liste de liens permanents pour toutes ces adresses. J’ai beau être branché jardinage et permaculture, je n’en suis pas moins l’actualité de très près. J’aime les idées iconoclastes, comme celle de renoncer à payer la dette des Etats vis à vis des banques, proposition émise, entre autres, par David Graeber, un anthropologue et économiste américain qui publie des textes que je trouve intéressants.  Le résumé de ses récents propos peut être lu sur Basta. L’article s’intitule « la façon la plus simple de désobéir à la finance, c’est de refuser de payer les dettes« . Le plan d’austérité de l’ineffable duo Valls/Hollande est sûrement la plus mauvaise solution possible pour sortir de la crise. Il y a d’autres solutions pour trouver cinquante milliards : toujours sur Basta, Agnès Rousseaux en suggère un certain nombre qui sont tout à fait pertinentes. Je conçois que ce soit plus simple d’utiliser la méthode gouvernementale et de tirer sur la corde (à condition d’être capable de prévoir précisément le moment où elle va casser). Les solutions préconisées dans l’article nécessitent un certain courage politique, et ces deux mots ne font plus guère bon ménage ensemble. Je suis très satisfait en tout cas de savoir que je fais partie de la tranche des pensionnés multimilliardaires qui peuvent être rançonnés sans scrupules. J’ai de la chance ! A quelques centaines d’euro près, je basculais dans le lumpen prolétariat… J’aimerais bien, moi, les voir se démerder avec 1200 euro par mois, et bien souvent moins, tous ces Fabius, Valls, et autres Alliot-Marie… Cette dernière est bien à plaindre : si elle est élue au parlement européen, elle va perdre de l’argent rapport à sa situation actuelle… Faut-il lancer un « Mamathon » comme le suggère le blog « les Aza » ?

fairtrade-max-havelaar Sur « Basta » également une étude intéressante sur le manque de sérieux des labels commerce équitable… « Le chocolat équitable, un produit en voie de disparition ?« , l’enquête traite spécifiquement du chocolat, mais ses conclusions pourraient s’appliquer aux autres produits commercialisés avec les mêmes « garanties ». Le pauvre Multatuli doit se retourner dans sa tombe s’il est au courant de l’utilisation que l’on fait du label se référant au titre de son roman le plus célèbre. On peut relire « la feuille charbinoise » à ce sujet. Dommage que les principes qui étaient à la base de cette idée généreuse soient à ce point galvaudés. Puisqu’on est dans le domaine alimentaire, on continue.
Ce n’est pas souvent que je recommande des articles publiés sur Rue 89 car ce site m’énerve. Mais là, je suis tombé sur un texte vraiment humain, vraiment beau. Le rédacteur s’appelle Fabien Granier. Son histoire, bien triste (autant vous prévenir tout de suite) se passe au Portugal, dans un petit village. C’est un de ces coins sur terre où la vie se déroulait, cahin-caha, avec ses doutes et ses certitudes, ses échecs et ses modestes succès… Jusqu’au jour où, zonage oblige, quelques tristes technocrates de la commission européenne ont décidé que ça serait parfait, dans ce coin-là, de remplacer les cultures traditionnelles par de la cerise en monoculture. Ils ont rêvé, ces cons, d’une Europe organisée comme un plateau de Monopoly : des olives par ici, des abricots par là, des melons à perte de vue ou de la betterave à sucre sur des hectares et des hectares. Tout ce qui n’était pas conforme à leur remarquable planification devait disparaître. Au Portugal comme ailleurs, les politiciens d’un jour se sont mis au service de ces experts d’opérette et le désastre a commencé. Il fallait se mettre au goût du jour ; et le goût du jour pour le « héros » de ce récit, ça lui rapporte des clopinettes… Pas de quoi vivre décemment ; juste l’envie de balancer une terre sur laquelle il a passé sa vie. D’agriculteur, il est devenu « exploitant agricole »… Exploitant ou exploité ?

Freilandhaltung De l’agriculture à l’alimentation, le lien est plutôt direct. Il est un problème qui fait débat depuis longtemps, mais qui revient sur le devant de la scène ces dernières années, c’est celui de la consommation de viande : végétarisme or not végétarisme ? J’avoue que le débat entre « pros » et « antis » ne me passionne pas. J’ai lu cependant avec intérêt l’article de Jocelyne Porcher sur Terraeco introduisant une nuance pas toujours évidente aux yeux de certains, entre le travail de l’éleveur traditionnel et l’élevage industriel. « La question n’est pas de manger moins de viande, mais comment en manger mieux. » Ce billet a le mérite d’oser suggérer une solution intermédiaire. Plutôt que de tirer un trait sur la consommation de viande, ce qui n’est pas évident pour tout le monde, en réduire de façon conséquente la consommation, mais s’attacher aussi à connaître la provenance de la viande consommée… L’article a le mérite d’ouvrir certaines portes pour un débat… Celui-ci n’a pas vraiment eu lieu : la virulence des commentaires me laisse rêveur quant à l’ouverture d’esprit et à la « non violence » toutes relatives, de certains intervenants totalement hostiles à la consommation d’aliments carnés. Heureusement, je connais plein de végétariens intelligents et je suis capable de ne pas faire d’assimilation hâtive… Je ne pensais pas que ce terrain là était presque aussi miné que celui du conflit israélo-palestinien… Histoire de pousser la logique jusqu’au bout on pourrait considérer qu’abattre un chêne pour en faire un beau meuble c’est ni plus ni moins qu’un assassinat… Que va-t-on devenir quand on en saura un peu plus long sur la souffrance des plantes ? Je pense que certains rêvent d’un monde idéal où l’homme serait définitivement éradiqué ! Si l’on continue à braquer les populations contre l’écologie en argumentant de façon totalitaire et insultante, c’est d’ailleurs ce qui va se passer, je crains…

24-mai-bellegarde-non-aux-forages-ndgs  Je ne pense pas non plus que sortir de la crise énergétique qui s’annonce à l’horizon en restant otages de l’énergie nucléaire ou en plébiscitant l’exploitation des nappes de pétrole profondes, des schistes bitumineux ou du gaz de schiste soit vraiment une idée intelligente. Qu’elle enrichisse un peu plus les actionnaires des multinationales du secteur, certes. Que cela soit un bon choix pour notre environnement et notre santé, certainement pas. Les loups rôdent dans nos belles régions et ce ne sont pas ceux qui s’attaquent aux troupeaux de moutons qui font le plus de dégâts… Il faut rester vigilant et se mobiliser pour contrer toute tentative d’exploitation de gisements. Le 24 mai, mobilisation en Rhône-Alpes pour bloquer définitivement les forages pétroliers prévus par la compagnie anglaise Celtique sur le territoire des communes de Corcelles et de Lantenay. Un rassemblement est prévu à Bellegarde pour s’opposer au renouvellement des permis concernés qui arrivent à expiration. Beaucoup d’informations passionnantes sur ce dossier sur le site « Stop Gaz de schiste« .

jaures Armentiere J’ai trouvé très intéressant, sur le plan historique, ce panorama politique et social de l’année 1903 publié en plusieurs parties sur le blog « Alexandre Jacob l’honnête cambrioleur ». Le texte est repris sur l’excellente revue historique « Gavroche », malheureusement disparue. La Gauche est au pouvoir. La suppression des congrégations prédicantes et enseignantes est à l’ordre du jour. La misère est grande en Bretagne et l’arrogance du patronat suffit à mettre le feu aux poudres : émeutes à Hennebont sauvagement réprimées par les forces de l’ordre. La situation n’est pas meilleure dans le Nord ; de violents incidents éclatent à Armentières… même Jaurès s’en émeut (image en début de paragraphe). Evénements dont je compte bien vous parler un jour dans le cadre de mes chroniques sur les luttes sociales. Depuis le tristement célèbre « premier mai à Fourmies en 1891″, la situation dans les usines et les ateliers n’a guère évolué. Il faut lire et relire sans cesse ces passages historiques essentiels, ne serait-ce que pour se rappeler le prix élevé payé par nos ancêtres pour gagner ces quelques avantages que le patronat cherche à grignoter aujourd’hui. Merci à Jean-Marc, l’auteur de cet article, d’alimenter ainsi notre mémoire !

carte.taiwan Un peu de beauté dans ce monde brutal. J’ai fait quelques jolies découvertes (avec l’aide de certains dois-je dire pour être honnête) que je souhaite partager avec vous : « Le jardin en folie d’un aborigène Amei« , par exemple… Logique que je commence par un jardin puisque c’est mon principal sujet de préoccupation du moment ! Ce reportage publié sur le site « le poignard subtil » vous emmène en voyage sur l’île de Taïwan, dans le paradis qu’ont créé Wiu Tianlai et son fils Wu Zhexiong. Ce jardin est orné de sculptures monumentales réalisées à l’aide de bois flottés ramassés sur la plage voisine. Cet univers fantastique a été complété peu à peu avec des sculptures en ciment, lorsque le bois ne suffisait plus à satisfaire les besoins créatifs des artistes. Le thème initial choisi était un bestiaire ; les représentations sont devenues de moins en moins conventionnelles et parfois un peu grivoise. J’aime beaucoup le « diable en érection » par exemple ou la représentation de « l’intellectuel ». J’aime énormément cette interaction entre art et création paysagère. Lors d’un de nos voyages au Québec, je m’étais pris de passion pour le parc des sculptures dans la ville de Saint-Jean Port-Joli, en regrettant que la dimension végétale ne soit pas plus développée. Profitez de votre passage sur ce site pour aller fureter dans ses coins et recoins. Toute la série de reportages intitulée « Art brut à Taïwan » mérite votre attention, en particulier…

On continue dans le domaine artistique. Voici un lien que je vous recommande vivement. Observez les photos, les films… Un perroquet, une grenouille… Que nenni ! Tout simplement les merveilleuses créations d’un artiste de génie. Sa matière première : des corps humains modelés et peints en fonction de son imagination. C’est plutôt rassurant de contempler ce genre de spectacle ; cela améliore l’image que l’on peut avoir de l’esprit humain, quand d’autres utilisent leur temps pour essayer de perfectionner les cadences de tir des armes automatiques ou convaincre les jeunes de se sacrifier pour de nouvelles croisades ineptes.

A part ça, et pour finir, il n’est pas trop tard pour vous annoncer le salon parisien du livre libertaire qui aura lieu du 9 au 11 mai à l’espace d’animation des Blancs-manteaux. Plus d’informations sur Utop’lib, l’incontournable site de nouvelles conçu pour tous ceux qui ne veulent pas encore désespérer de l’humanité et s’intéresser à de nouvelles idées et à de nouvelles pratiques.

 

2 Comments so far...

JMD Says:

10 mai 2014 at 20:13.

De rien Paul.L’article de Gavroche permettait pour le Jacoblog de contextualiser l’année de l’arrestation de l’honnête cambrioleur.

Kaly Says:

12 mai 2014 at 09:13.

Étonnant : alors que je cherche qui a sculpté le poing monumental que nous avons vu devant le Grand Palais à Paris – il s’agit de Liu Bolin – je découvre cet artiste assez fabuleux qui n’est pas sans rappeler Johannes Stötter, dont tu donnes le lien du blog à la fin de ton bric à blog.

Liu Bolin est un photographe chinois qui « connaît rapidement une célébrité internationale grâce à sa série Hiding in the City (Se cacher dans la ville – 2005) dans laquelle il se fait photographier dans des performances le présentant en « Homme Invisible ».»

On peut le trouver partout, par exemple là :

http://www.galerie-photo.com/liu-bolin-art-camouflage.html

(perdu l’habitude des anti-spams, j’espère que je n’aurai posté ceci qu’une fois !)

Leave a Reply

 

Parcourir

Calendrier

octobre 2019
L M M J V S D
« Juin    
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031  

Catégories :

Liens

Droits de reproduction :

La reproduction de certaines chroniques ainsi que d'une partie des photos publiées sur ce blog est en principe permise sous réserve d'en demander l'autorisation préalable à (ou aux) auteur(s). Vous respecterez ainsi non seulement le code de la propriété intellectuelle (loi n° 57-298 du 11 mars 1957) mais également le travail de documentation et de rédaction effectué pour mettre au point chaque article.

Vous pouvez contacter la rédaction en écrivant à